twitter facebook chevron-right
Budget

Budget : combien de millions pour le sport ?

À six ans des Jeux Olympiques à Paris, le budget consacré au sport a concentré les crispations lundi soir lors de l'examen du projet de loi de finances. Des députés, y compris de la majorité, ont tenté en vain de le renforcer d'au moins 30 millions d'euros. La ministre Roxana Maracineanu a privilégié son amendement, qui rapportera deux fois moins.
4 min
Roxana Maracineanu, Régis Juanico et Cédric Roussel - Montage LCPRoxana Maracineanu, Régis Juanico et Cédric Roussel - Montage LCP

Prévue pour début 2019, la nouvelle Agence nationale du sport doit favoriser "les pratiques" amateures comme le "haut niveau". Mais à quel prix ? Pendant près de deux heures, députés et ministres ont échangé arguments et amendements autour des ressources accordées à son développement. Le gouvernement a finalement réussi à imposer ses vues.

C'est le communiste Jean-Paul Dufrègne qui tire le premier en présentant l'amendement de sa collègue Marie-Georges Buffet, ancienne ministre des Sports.

Il est rejoint par le socialiste Régis Juanico, qui a calculé que le ministère va perdre "30 millions d'euros". Les deux députés veulent "déplafonner" les taxes affectés au financement du sport, au nombre de trois : une sur la Française des Jeux, une sur les paris sportifs en ligne et une dernière sur les droits télés.

En effet, leur rendement est élevé, mais il est plafonné : au-dessus d'un certain montant, c'est le budget général de l'État qui récupère la mise.

Des "marcheurs" s'en mêlent

Pour tenter de changer la perspective, le ministre des Comptes publics leur rappelle que le budget du sport va au-delà du ministère. Et de citer en exemple le poids des JO ou du stade France dans le budget de la nation :

Mais la démonstration du ministre n'empêche pas plusieurs députés LREM d'ajouter leurs voix à celles de la gauche. Cédric Roussel est ainsi bien décidé à porter jusqu'au bout son amendement malgré deux avis défavorables (gouvernement et rapporteur).

Concrètement, le député des Alpes-Maritimes propose d'augmenter de 15 millions d'euros le plafond de la taxe sur les paris sportifs. "Nous sommes en baisse sur le [budget du] sport pour tous", confirme son collègue du Cher François Cormier-Bouligeon, qui soutient aussi l'amendement.

Un "non, mais..."

Présente pendant tous les débats, la ministre ferme finalement la porte aux amendements venus de son camp... pour le moment en tout cas :

Elle n'est toutefois pas venue les mains vides dans l'hémicycle, puisque elle a fait voter un amendement pour relever la part de la taxe sur les droits de retransmissions télés affectée aux sports, pour un montant total de 15 millions d'euros.

Une poignée de députés LREM aurait donc préféré doubler le gain en faisant voter en plus leur amendement, mais leurs collègues ne les ont pas suivis.

L'ancienne nageuse olympique a promis que ces fonds financeront des "mesures nouvelles pour accompagner la création de la futur agence". Agence qui reprendra par ailleurs le budget de 130 millions d'euros du Centre national pour le développement du sport (CNDS), bras financier du ministère des Sports, voué à disparaître.