l Comment Lactalis a tenté d'interrompre les travaux de la commission d’enquête parlementaire | LCP Assemblée nationale twitter facebook chevron-right
Affaire lactalis

Comment Lactalis a tenté d'interrompre les travaux de la commission d’enquête parlementaire

Dans un courrier de sept pages envoyé à la garde des Sceaux et que LCP a pu consulter, les avocats du pdg de Lactalis Emmanuel Besnier, convoqué jeudi à l’Assemblée nationale, dénoncent "une grave atteinte à l’indépendance de l’autorité judiciaire, aux droits de la défense au secret et aux nécessités de l’enquête". Mais le géant laitier, sous le coup d'une enquête préliminaire du parquet de Paris pour une affaire de laits infantiles contaminés à la salmonelle, a finalement annoncé que son pdg se rendra à la convocation de la commission parlementaire.
Moins de 2 min
Une affiche montrant le président de Lactalis, Emmanuel Besnier  (AFP Photo)Une affiche montrant le président de Lactalis, Emmanuel Besnier (AFP Photo)

Pour suivre en direct, jeudi à 9h30, l'audition d'Emmanuel Besnier devant la commission d'enquête, cliquez ici.


Dans une lettre de sept pages en date du 26 avril, les avocats d'Emmanuel Besnier, le patron de Lactalis, numéro 1 mondial des produits laitiers, demandent expressément à Nicole Belloubet, la garde des Sceaux, de faire cesser les travaux de "la commission d'enquête chargée de tirer les enseignements de l’affaire Lactalis", et ce, "jusqu’à l’issue des procédures pénales en cours."

Les défenseurs du patron du géant laitier souhaitaient ainsi éviter à leur client une confrontation trop musclée avec la représentation nationale. Dans leur lettre, ils considèrent que la commission d’enquête, présidée par Christian Hutin (MRC) et le rapporteur Grégory Besson-Moreau (LREM), constitue "une grave atteinte à l’indépendance de l’autorité judiciaire, aux droits de la défense, au secret et aux nécessités de l’enquête."

D'après nos informations, la garde des Sceaux a transmis le 30 mai ce courrier au président de l'Assemblée nationale, lui demandant de "déterminer si les travaux de la commission d'enquête répondent ou non à l'article 139 du règlement de l'Assemblée" qui régit le fonctionnement des commissions d'enquête.

Enquête en cours au parquet de Paris

En fin de journée, mardi, Lactalis a publié un tweet confirmant les informations de LCP mais expliquant que finalement, leur pdg sera présent jeudi matin devant la commission d'enquête parlementaire :

Début décembre 2017, 37 nourrissons avaient été contaminés à la salmonelle par des laits infantiles Lactalis, provoquant une série de rappels. Durant les fêtes de Noël, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "blessures involontaires, mise en danger de la vie d’autrui, tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine et inexécution d’une procédure de retrait ou de rappel d’un produit" préjudiciable à la santé. Près de 200 plaintes de familles de victimes ont été déjà déposées.