twitter facebook chevron-right
Santé

Urgences : le dispositif de "réorientation" des malades sera expérimenté pendant trois ans

Le député LaREM Olivier Véran a sous-amendé sa mesure, afin de la rendre expérimentale. La ministre de la Santé Agnès Buzyn lui a apporté son soutien.
Moins de 2 min

L'Assemblée nationale a voté vendredi, lors de l'examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), un amendement qui crée une incitation financière afin que les services d'urgences réorientent vers la médecine de ville les patients les moins malades.

Le but est de décongestionner les services d'urgences, dans lesquels passent chaque année près de 23 millions de personnes.



"Petites urgences"

Ce dispositif, imaginé par le rapporteur "La République en Marche" du PLFSS Olivier Véran, crée "un forfait de réorientation" pour les "petites urgences" comme les otites par exemple.

En clair, le service d'urgence recevra une somme d'argent s'il trouve un médecin de ville capable de recevoir le patient le jour même ou le lendemain. Le patient sera toutefois toujours libre de refuser cette "réorientation".

Le dispositif, soutenu par la ministre de la Santé Agnès Buzyn, sera expérimenté pendant trois ans.


>> A lire aussi : Payer l'hôpital pour réorienter les patients, une solution pour décongestionner les urgences ?