twitter facebook chevron-right

Immigration-asile: le PS dénonce "l'alignement" historique de LREM avec le FN et l'aile droite de LR

Le Parti socialiste a dénoncé vendredi un "tournant" historique, "l'alignement" entre la majorité parlementaire, le Front national et l'aile droite des Républicains, après le vote d'un article de loi réduisant le délai de première demande d'asile.

Le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure à l'Assemblée nationale, le 18 avril 2018Le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure à l'Assemblée nationale, le 18 avril 2018

Le Parti socialiste a dénoncé vendredi un "tournant" historique, "l'alignement" entre la majorité parlementaire, le Front national et l'aile droite des Républicains, après le vote d'un article de loi réduisant le délai de première demande d'asile.

"Pour la première fois dans notre histoire, le Front national vient, sur un texte qui concerne l'asile et l'immigration, apporter sa caution à un gouvernement", a déclaré le premier secrétaire du parti, Olivier Faure, dans les couloirs de l'Assemblée.

"Une très grande majorité de La République En Marche se déporte vers la droite et accepte un alignement avec le Front national et la partie la plus à droite du groupe Les Républicains", un "tournant dans notre histoire politique", a souligné Valérie Rabault, présidente du groupe Nouvelle Gauche, lors d'une conférence de presse. 

L'Assemblée a donné jeudi soir son feu vert à l'article 5 du projet de loi asile et immigration, réduisant de 120 à 90 jours le délai de dépôt de première demande d'asile.

Cet article controversé a été adopté par 92 voix, dont 14 de LR et 4 du FN, face à 31 voix contre et 13 abstentions. 

Les deux responsables socialistes ont également invoqué l'atteinte au droit constitutionnel que constitue selon eux l'article 5. 

"Nous avons un président qui est non seulement le président des riches, mais qui tourne le dos à des principes fondamentaux pour notre République", a jugé M. Faure. "Pour le premier anniversaire de ce gouvernement, c'est assez significatif pour qu'on le souligne ce matin", a-t-il ajouté.

Le projet de loi ne garantit, selon les deux députés, ni une instruction correcte des dossiers de demande d'asile, ni des moyens matériels et financiers suffisants.

Mme Rabault et M. Faure ont de plus réaffirmé leur inquiétude sur la qualité du débat parlementaire. 

"Le président du groupe LREM Richard Ferrand a refusé toute demande de la part de l'ensemble des parlementaires pour qu'il y ait un vote solennel de ce texte à l'issue d'une séance de questions au gouvernement, comme cela se fait à chaque fois", a déploré Mme Rabault. Et "personne ne sait quand le vote va intervenir. Le groupe LREM veut un vote en catimini".