twitter facebook chevron-right

Asile et immigration : les (timides) critiques de la majorité face à Gérard Collomb

Le ministre de l'Intérieur prévient la majorité : parce qu'il ne veut pas d'une "loi en trompe-l'oeil", il ne "lâchera rien" sur les points de son texte qu'il juge essentiels. LCP.fr a suivi son audition, mercredi devant les députés de la commission des Affaires étrangères.

"Il y en a qui trouvent que l'on met trop l'accent sur l'immigration maîtrisée, d'autres qui trouvent que l'on met trop l'accent sur le droit d'asile effectif... " Mercredi, Gérard Collomb a répondu aux interpellations des députés de la commission des Affaires étrangères sur son projet de loi "pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif" (appelé aussi projet de loi Asile et immigration).

Le ministre de l'Intérieur a défendu sa politique migratoire : "On a augmenté les éloignements et on l'assume parfaitement !" Il ajoute :

Il nous semble qu'en France si on veut accueillir bien, on ne peut pas accueillir le monde entier.Gérard Collomb

L'inquiétude des associations

Gérard Collomb a été confronté aux interrogations timides de plusieurs députés de la majorité comme Sylvain Waserman (MoDem) ou Denis Masséglia (LREM). Le premier plaide pour un assouplissement des mesures punissant les personnes venant en aide aux migrants, et évoque la possibilité de "s'inspirer de certaines bonnes pratiques européennes" pour "faire en sorte que jamais sur notre territoire quelqu'un puisse être poursuivi ou condamné lorsqu'il ne tire aucune contrepartie directe ou indirecte d'une aide (à une personne migrante)".

De son côté, Denis Masséglia transmet au ministre une "inquiétude" des associations :

Quelles solutions allons-nous proposer aux personnes qui sont sur notre territoire depuis de très nombreuses années, qui sont intégrées et qui aujourd'hui n'ont pas de papiers ?Denis Masséglia

Sonia Krimi dénonce l'absence du mot "intégration"

La députée LREM Sonia Krimi, qui s'était illustrée en décembre lors des questions au gouvernement, a une nouvelle fois critiqué la politique de Gérard Collomb :

Pourquoi le mot "intégration" a-t-il disparu du projet de loi ?Sonia Krimi

"Quand on a traversé toute l'Europe, le Maroc, l'Espagne, la Libye (...) Quand on vend tout pour arriver ici, est-ce que l'on pense que la philosophie globale de la loi, cette dissuasion, pourrait être efficace ?", a ajouté la députée.

Collomb ne "lâchera rien"

Gérard Collomb lui a répondu en lui demandant de juger "l'action globale du gouvernement" et non pas les seuls textes portés par son ministère :

Evidemment, si vous segmentez une partie, cela fait un peu monomaniaque. Gérard Collomb

En février, les débats sur la "proposition de loi sur l'application du régime d'asile européen" avaient déjà suggéré l'existence de tensions au sein du groupe La République en Marche à propos de la politique migratoire. L'examen du projet de lois Asile et immigration, qui débutera en commission des lois le 4 avril, pourrait ainsi créer les premières vraies dissensions au sein de la majorité. Car Gérard Collomb prévient :

Il y a des choses qui pour moi sont essentielles, sur lesquelles je ne lâcherai rien (...) Si on veut faire une loi Asile et immigration en trompe-l'oeil, ce n'est pas la peine d'en faire...Gérard Collomb