twitter facebook chevron-right

Entre hommage et chahut, Manuel Valls quitte l'Assemblée nationale

Élu pour la première fois député en 2002, Manuel Valls a fait ses adieux, mardi à l'hémicycle. Si la majorité lui a réservé une chaleureuse standing ovation, les députés de la France insoumise ont perturbé son départ en brandissant des affichettes intitulées "Bon débarras".

L'ancien Premier ministre de François Hollande suscite des passions contrariées. Candidat à la mairie de Barcelone, sa ville natale, Manuel Valls a profité de la séance de questions au gouvernement, mardi, pour officialiser solennellement sa démission en tant que député.

Avant qu'il ne prenne la parole, le président de l'Assemblée Richard Ferrand a tenu à lui rendre hommage. Mais son intervention a été perturbée par les députés La France insoumise qui avaient préparé des affichettes intitulées "Bon débarras". Une initiative qui a provoqué un redoublement des applaudissement des bancs de la majorité en faveur Manuel Valls, apparenté La République en marche. Sa réélection, en juin 2017, dans la 1re circonscription de l'Essonne s'était jouée de justesse face à une candidate LFI.

Après l'intervention des huissiers, qui ont appliqué le règlement de l'Assemblée en privant les députés LFI de leurs pancartes (interdites dans l'hémicycle), Manuel Valls a pu à son tour remercier la France, l'Assemblée nationale et à sa ville d'Évry.

Le mot de la fin fut pour Édouard Philippe, qui a rendu un hommage de Premier ministre à Premier ministre :

"La pire des choses lorsqu'on a eu l'honneur de diriger un gouvernement, c'est de susciter l'indifférence. Compte-tenu de la 'chaleur' des réactions qui se sont exprimées [...], je crois pouvoir dire que vous n'avez jamais suscité l'indifférence !" Édouard Philippe, 2 octobre 2018