twitter facebook chevron-right

Faure (PS) : "J'aimerais qu'Emmanuel Macron soit aussi ferme avec les puissants qu'avec les collégiens..."

Le premier secrétaire du parti socialiste, invité mardi dans Politique matin, est revenu sur l'échange vif entre le président de la République et un élève qui l'avait provoqué.

Fort avec les faibles, faible avec les forts, c'est le sentiment du leader du parti socialiste, Olivier Faure, au lendemain de l'échange entre le président de la République et un ado en marge d'une cérémonie anniversaire de l'appel du 18 juin 1940.

Le député socialiste met en parallèle l'attitude intransigeante d'Emmanuel Macron, parfois, et celle, plus complice, adoptée avec Donald Trump. "Effectivement, on doit le respect au président de la République mais j'aimerais qu'Emmanuel Macron soit aussi ferme avec les puissants qu'il peut l'être avec les collégiens... Humilier un jeune homme qui est dans la provocation mais faire le grand sourire à Donald Trump, je pense qu'il faudrait inverser les choses. Il vaudrait mieux sourire aux collégiens et expliquer à Donald Trump que, parfois, il dépasse les bornes."

"Le Président a un problème avec la réalité"

Olivier Faure est également revenu sur la vidéo publiée sur Twitter mercredi dernier par la conseillère en communication du président de la République.

Critique, aussi bien sur la forme que le fond, le premier secrétaire du parti socialiste s'indigne des mots utilisés pour parler des aides sociales en France. "Quelle vulgarité… Quelle vulgarité par rapport à des femmes et des hommes qui souffrent. Est-ce qu’Emmanuel Macron sait qu’il y a dans son pays des femmes, des hommes, des enfants qui se demandent s'ils mangeront jusqu'à la fin du mois ?, interpelle le député PS. Cette aide sociale elle leur sert justement à ne pas couler. On a un Président qui visiblement a un problème avec la réalité. Son échelle de valeurs n’est pas la mienne..."

Politique Matin, c’est tous les jours, du lundi au vendredi, de 8h30 à 9h30 sur LCP. Deux interviews politiques, une revue de presse, des chroniques : une heure pour dépasser les postures, se démarquer du prêt-à-penser et se faire une opinion sur le contenu de l'actualité parlementaire et politique du jour. Réagissez en direct sur Twitter : #PolMat