twitter facebook chevron-right

Fin de vie : un nouveau texte en vue à l'Assemblée nationale

Annonce surprise du patron du groupe La République en marche à l'Assemblée, lundi à Versailles. Deux ans après l'entrée en vigueur de la loi Claeys-Leonetti "créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie", le projet ne manquera pas de susciter de vifs débats...

"Il n’est jamais bon que l’avènement du droit soit à la traine des évolutions sociétales. C’est pourquoi il nous faudra sans tarder inscrire à notre agenda l’élargissement de l’accès à la procréation médicalement assistée comme l’interrogation sur la fin de la vie." La fin de cette phrase de Richard Ferrand, lundi lors du Congrès de Versailles, a surpris beaucoup de monde. Autant il était clair, depuis la campagne présidentielle et les promesses du candidat Macron, que la "PMA pour toutes" ferait l'objet d'un texte de loi au cours du premier semestre 2019 au Parlement, autant l'irruption d'un nouveau texte sur la fin de vie n'était pas l'hypothèse la plus évidente.

Jusqu'ici, en effet, Emmanuel Macron est toujours resté silencieux sur ce sujet. La seule opinion publiquement exprimée avait été celle de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, qui a dit qu'elle n'était pas favorable à un nouveau texte.

Alors, au sein de la majorité, qui portera ce nouveau texte ? Tous les regards se tournent dorénavant sur le député LREM Jean-Louis Touraine, partisan de la légalisation de l'euthanasie. Une position qui est loin de faire l'unanimité à l'Assemblée, jusqu'au sein de son groupe...