twitter facebook chevron-right

Les députés lèvent l'interdiction pour le président de la République d'assister aux débats du Congrès

L'Assemblée nationale a adopté, dans la nuit de lundi à mardi, une série de 5 amendements identiques supprimant l'interdiction faite au chef de l'Etat d'écouter et de s'exprimer devant les députés et sénateurs réunis en Congrès. Un vote qui fait suite à l'annonce surprise d'Emmanuel Macron, lors de la réunion de Versailles, le 9 juillet.

A l’issue d’un vif débat, par 40 voix contre 13, les députés ont supprimé la mention "hors sa présence" de l'article 18 de la Constitution de la Ve République. Désormais, et si ces modifications sont conservées, le président de la République pourra écouter et répondre aux parlementaires réunis à Versailles lors d'une réunion du Congrès.

"Le Président de la République communique avec les deux assemblées du Parlement par des messages qu'il fait lire et qui ne donnent lieu à aucun débat.
Il peut prendre la parole devant le Parlement réuni à cet effet en Congrès. Sa déclaration peut donner lieu à un débat qui ne fait l'objet d'aucun vote."
Nouvelle rédaction de l'article 18

Soutenue notamment par la ministre de la Justice Nicole Belloubet, cette modification n’a pas été adoptée grâce à un amendement du gouvernement - comme Emmanuel Macron l'avait pourtant annoncé - , mais une série d'amendements identiques provenant notamment du groupe UDI, Agir et indépendants. Des élus d’opposition ont dénoncé un "revirement", voire un "coup monté" de l'exécutif et de la majorité.

Vidéo par Marie Labat.