twitter facebook chevron-right

Non, l’allocation des demandeurs d’asile n’est pas indexée sur le coût de l’inflation

Lors du débat budgétaire, mardi soir à l’Assemblée, des députés ont affirmé, à tort, que le gouvernement avait "maintenu" la revalorisation de cette allocation au niveau du coût de la vie, contrairement aux pensions de retraites. Explications.

Séance agitée, la nuit dernière à l’Assemblée nationale. Les députés examinent les moyens budgétaires alloués, l’an prochain, au ministère de l’Intérieur. Très vite, la discussion se cristallise sur les crédits consacrés au volet Immigration, asile et intégration, et particulièrement sur l'allocation des demandeurs d'asile (ADA), qui s’élève à 6,80 euros par un adulte.

L’opposition flaire un bon coup politique. Éric Ciotti (LR) attaque frontalement le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. "Le gouvernement a-t-il maintenu l’indexation" de l’ADA par rapport au coût de l’inflation ?, demande-t-il. Une question d’apparence technique mais surtout politiquement sensible : en somme, le député Les Républicains cherche à savoir si les demandeurs d’asile ne seraient pas mieux lotis que les retraités qui, eux, ont vu leur pension revalorisées de seulement 0,3% au cours des deux prochaines années, soit nettement en-dessous de l'inflation (1,6%).

"Votre question est technique, je n’ai n’a pas tous les éléments, lui répond Christophe Castaner qui lui promet d’apporter rapidement "une réponse écrite".

Mais Éric Ciotti poursuit son offensive : il déplore "le mépris du ministre pour la représentation nationale" et précise que "manifestement, l’allocation est indexée sur l’inflation ce qui n’est pas le cas pour les allocations familiales ou les retraites"


Emmanuelle Ménard, la députée non-inscrite de l'Hérault, propre du Rassemblement national, vient en soutien de son collègue de droite et assure que les députés viennent de voter "une augmentation de 1,6 % de l’ADA contrairement aux pensions de retraites et des allocations familiales qui ne seront revalorisées que de 0,3%".

Alors, les accusations d’Éric Ciotti et d’Emanuelle Ménard sont-elles exactes ?

"Fake news, l’ADA jamais été indexée en fonction de l'inflation !", répond à LCP Didier Leschi, le patron de l’office français de l'immigration et de l'intégration (OFII), l’organisme chargé de gérer l’ADA. Je ne sais pas où ces députés sont allés chercher tout ça ! L’ADA n’a pas été revalorisée depuis 2015…"

En revanche, le budget total de l'ADA (autour de 335 millions d'euros l'an prochain) est en croissance "du fait de l'augmentation du nombre de demandeurs d'asile", relève Didier Leschi.


(Avec Stéphanie Depierre et Clément Perrouault).