l "Proches aidants" : la majorité vide le texte de sa substance | LCP Assemblée nationale twitter facebook chevron-right

"Proches aidants" : la majorité vide le texte de sa substance

Les députés ont examiné jeudi une proposition de loi UDI-Agir visant à "favoriser la reconnaissance des proches aidants". Après avoir tenté, en vain, de renvoyer le texte en commission, la majorité a finalement supprimé sept articles sur neuf. Une attitude condamnée par toutes les oppositions. Le récit des débats par Maïté Frémont.

Le texte visait à favoriser la reconnaissance du statut des aidants,
ces individus "qui viennent en aide à des personnes" en perte
d'autonomie ou souffrant d'un handicap, "de manière régulière, à titre
non professionnel et pour accomplir tout ou partie des actes ou des
activités de la vie quotidienne".

Le député Paul Christophe (UDI-Agir) prévoyait une extension de la
durée et de l'indemnisation des congés des aidants et une meilleure
conciliation entre vie privée et vie professionnelle.

Mais les députés n'ont adopté que l’intégration, dans la négociation
collective des branches, du thème de la conciliation entre la vie
professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
Ainsi que l’extension, par décret, aux agents publics travaillant dans
des établissements médico-sociaux, de l'expérimentation du "relayage"
pour donner du répit aux proches aidants.

Le reste du texte a été supprimé par le gouvernement, au grand dam de
la plupart des députés présents dans l’hémicycle. "Il serait
problématique d'adopter ce texte dans ces conditions", a justifié la
secrétaire d'Etat à la Santé, Christelle Dubos, évoquant "un projet de
loi discuté l'année prochaine".