twitter facebook chevron-right

Retraités : des députés LREM votent la création d'une CSG progressive... contre l'avis de leur groupe

Un amendement signé par 21 députés de La République en Marche a été adopté mardi soir contre l'avis du rapporteur général et du responsable du texte pour la majorité. La scène a donné lieu à de vifs échanges au sein du groupe LREM en plein examen de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019.

Nouveau couac au sein de la majorité à l'Assemblée. Des députés LREM ont dénoncé mardi, dans un amendement, l'effet de seuil "brutal" de la hausse de 1,7 point de la CSG sur les retraités aux revenus "modestes" (gagnant au moins 1200 euros net par mois), une mesure prise par le gouvernement l'an dernier.

Cosigné par 21 députés de La République en Marche, l'amendement propose de moduler la hausse de la CSG pour les retraités en fonction de leurs niveaux de revenus. Ils prônent le retour à l'ancien taux de CSG de 6,6% pour les retraités gagnant entre 1200 et 1600 euros, le maintien de la CSG augmentée en 2017 à 8,3% pour les retraités gagnant plus de 1600 euros jusqu'à 3000 euros, et la création d'un nouveau taux de CSG à 9,2% pour les retraités "au-delà de 3000 euros". Les retraités qui gagneraient plus de 3000 euros verraient donc leur taux de CSG augmenter de 0,9 point supplémentaire en 2019.

Fronde de députés LREM

À la manœuvre, le député LREM Jean-François Cesarini a vivement défendu son amendement, interpellant son collègue de la majorité, Olivier Véran : "J'aimerais juste que vous me donniez un vrai argument pour me dire pourquoi vous n'êtes pas d'accord ! En quoi une CSG progressive est plus injuste qu'une CSG uniforme ?!" Olivier Véran, par ailleurs, rapporteur général du budget de la Sécurité sociale, tente de défendre le dispositif du gouvernement : "En votant cet amendement, dit-il, on va dire aux Français qui sont au-dessus de 2500 euros de revenus mensuels qu'ils auront une augmentation de CSG de 1% ! On n'est pas dans la progressivité..."

"Vous partez tout de suite ?! Vous ne restez pas jusqu'à la fin des débats ?!.."

Responsable du texte pour la majorité, le député LREM Thomas Mesnier tente d'en finir et annonce que son groupe rejettera l'amendement. L'opposition savoure ce débat public interne à la majorité. Leur joie sera totale quelques minutes plus tard, l'amendement est finalement adopté !

Juste après le vote, François Cesarini quitte la commission des Affaires sociales qui poursuit ses débats. Olivier Veran n'apprécie pas et interpelle son collègue : "Vous partez tout de suite ?! Vous ne restez pas jusqu'à la fin des débats ?! C'est un amendement, ça concerne la CSG ! Non ?! Donc ce n'est plus intéressant, la CSG ?.."

En application de l’article 42, alinéa 2 de la Constitution, l’examen en séance publique du budget comme du financement de la Sécurité sociale s’engage sur la base du texte présenté par le gouvernement. L'amendement ne devrait donc pas être conservé en séance publique par les députés... à moins d'une nouvelle fronde de la gauche du groupe LREM.

Vidéo : Nathalie Guillouard.