twitter facebook chevron-right

Sécurité en Seine-Saint-Denis : "On ne traite que la surface des choses...", déplore Cornut-Gentille

Le député Les Républicains de Haute-Marne, co-auteur d'un rapport parlementaire sur le département francilien, dénonce des décennies de politiques publiques : "La République refuse de voir les difficultés auxquelles elle est confrontée, elle est dans un déni..."

Un Etat aveugle, des administrations qui préfèrent se bander les yeux, une République qui détourne pudiquement la tête... C'est le constat accablant dressé par le député Les Républicains François Cornut-Gentille auteur, avec son collègue LREM Rodrigue Kokouendo, d'un rapport sur la Seine-Saint-Denis, ce département de la petite couronne parisienne qui concentre énormément de difficultés. "Une façon de ne pas regarder la Seine-Saint-Denis, c'est de dire que c'est à part. Je crois que la Seine-Saint-Denis c'est un miroir grossissant en réalité des difficultés qu'on trouve sur tout le territoire...", analyse le député de Haute-Marne.

La droite envoie les CRS sur les points de deal ? "Les élus et les associations" demandent à l'Etat d'arrêter...

Des difficultés qui seraient dues moins à une absence de volonté politique qu'à des logiciels périmés.

"Si on schématise : la droite envoie les CRS pour saturer les points de deal, avec un certain nombre de problèmes derrière. Quand vous saturez les points de deal, ils se déplacent ailleurs et l'économie du quartier se casse la figure ; donc, au bout d'un moment les élus et les associations vous demandent d'arrêter...", révèle François Cornut-Gentille.

En face, la gauche, avec la police de proximité de Lionel Jospin ou la police de sécurité du quotidien (PSQ) voulue par Emmanuel Macron, le résultat n'est guère plus flatteur selon le député : "Les deux outils traditionnels, soit l'outil répressif classique de la droite, soit essayer d'améliorer l'image de la police, passent à côté du phénomène essentiel ! Tous les acteurs ont montré une explosion des phénomènes mafieux, des phénomènes d'économie souterraine, sur lesquels ces deux polices" n'ont pas de prise.

"Il faut inventer autre chose. Ce n'est pas seulement un problème d'effectifs (...) on est dans une impasse !"François Cornut-Gentille, député LR auteur du rapport sur la Seine-Saint-Denis

Le député Les Républicains en appelle à une révolution au niveau de l'État et de l'action des services publiques, notamment dans la lutte contre le blanchiment d'argent et les phénomènes mafieux qui appellent à "changer complètement les outils sur lesquels on fonctionne".

Autre point noir des difficultés dans le département de Seine-Saint-Denis : l’école. C'est à l'école que la différence se creuse avec les autres départements. Dans le 93, l'absentéisme y est plus fort qu'ailleurs. Pour assurer les chances de réussite de leurs enfants les parents vont même jusqu’à monter des associations pour contrôler le remplacement ou non des enseignants absents. Reportage à Saint-Denis d'Alice Rougerie et Harmony Pondy-Nyaga.

Une situation qui n'étonne pas François Cornut-Gentille, il pointe une volonté de l'Education nationale à dissimuler la réalité de la situation dans ce département : "La République est réellement en échec, c'est une réalité qu'on doit être capable de voir en face."

Politique Matin, c’est tous les jours, du lundi au vendredi, de 8h30 à 9h30 sur LCP. Deux interviews politiques, une revue de presse, des chroniques : une heure pour dépasser les postures, se démarquer du prêt-à-penser et se faire une opinion sur le contenu de l'actualité parlementaire et politique du jour. Réagissez en direct sur Twitter : #PolMat