twitter facebook chevron-right

Suppression du statut de cheminot : Valérie Rabault dénonce la "posture idéologique" du gouvernement

Pour l'ancienne rapporteure générale du Budget, de 2014 à 2017 sous François Hollande, les économies que susciteraient la disparition du statut de cheminot n'ont aucune "réalité économique" : "Il faut arrêter de vouloir faire porter aux cheminots toute la responsabilité du déficit qui existe à la SNCF !"

"Faux débat", "posture idéologique". La députée socialiste, ancienne rapporteure général du budget, a démoli, jeudi dans Questions d'info, la stratégie du gouvernement visant à supprimer le statut de cheminot pour les nouvelles embauches au sein de la SNCF. "Le gouvernement fait croire aux Français que les trains arriveront à l'heure, qu'il n'y aura plus de problèmes d'infrastructures, en mettant tout sur le dos du statut... C'est faux !, fustige Valérie Rabault. C'est une posture idéologique de la part du gouvernement qui n'a aucune réalité économique !"

Un coût de la masse salariale quasi-identique entre la SNCF et la Deutsche Bahn

Pour Valérie Rabault, ancienne salariée de grands groupes bancaires, le statut de cheminot ne provoquera aucune différence de coût salarial pour la SNCF. "Il suffit de regarder la masse salariale de la Deutsche Bahn (en Allemagne, ndlr) qu'on divise par le nombre d'agents : quand on fait la même chose pour la SNCF, on a le même montant !, assure la députée du Tarn-et-Garonne. Il faut arrêter de vouloir faire porter aux cheminots toute la responsabilité du déficit qui existe à la SNCF ! C'est un faux débat."

La suppression du statut de cheminot décidée par l'exécutif cristallise l'opposition des cheminots qui ont entamé lundi soir une grève "perlée" étalée sur 3 mois. Pas sûr néanmoins que le gouvernement soit prêt à transiger, le Premier ministre Edouard Philippe a rappelé que cette suppression "n'est pas négociable".


Questions d´info, c´est chaque jeudi sur LCP : une personnalité politique se soumet aux questions de quatre journalistes de LCP, l'AFP, Le Monde et France Info. Une interview sans concession et sans complaisance où s´enchaînent réactions, analyses, déclarations...