twitter facebook chevron-right

À un an des élections européennes, les Français jugent sévèrement Bruxelles

Selon un sondage Harris interactive pour LCP, près d'un Français sur deux juge que les décisions de l'Union européenne sont allées "plutôt dans la mauvaise direction ces dernières années". Paradoxalement, les listes euro-critiques ne font pas le plein dans les intentions de vote. Créditée de 28% des voix, la liste LREM-MoDem fait pour l'instant la course en tête.

Ce sera le premier scrutin national test pour le pouvoir en place. Prévues le 26 mai 2019, les élections européennes font souvent l'objet d'une forte désaffection de la part des électeurs peu enclins à se déplacer aux urnes. Pour autant, l'année prochaine pourrait faire figure d’exception, tant les dossiers épineux s'accumulent au niveau européen (Brexit, poussée du vote eurosceptique, gouvernance de la zone euro...).

L'UE critiquée

Les Français se montrent d'ailleurs plutôt durs à l'égard des politiques bruxelloises de ces dernières années. Selon un sondage Harris interactive réalisé pour LCP*, 45% des personnes interrogées estiment que les décisions prises par l'Union européenne vont "plutôt dans la mauvaise directions". Seules 9% pensent au contraire qu'elles vont "plutôt dans la bonne direction".

"En marche" vers Bruxelles ?

Ce regard critique se traduira-t-il dans les urnes ? Pour le moment, les intentions de vote révèlent en France un rapport de force plutôt favorable aux partis europhiles. Même s'il faut prendre, à un an du scrutin, ces projections avec des pincettes, La République en marche fait la course en tête avec 28% des intentions de vote. En deuxième position, le Front national, qui avait remporté les élections européennes de 2014, plafonne pour l'instant à 15%.

Les Républicains et La France insoumise se disputent la troisième place, avec respectivement 13 et 12% des intentions de vote.


Cette configuration reste toutefois hypothétique dans la mesure où les élections européennes, qui se déroulent selon un scrutin de liste proportionnel à un tour, peuvent favoriser les alliances par des fusions de listes. Et, le cas échéant, remodeler les rapports de force dans les mois qui précéderont le vote des Français.


* Enquête réalisée en ligne du 22 au 23 mai 2018 sur un échantillon de 1673 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus.

Politique Matin, c’est tous les jours, du lundi au vendredi, de 8h30 à 9h30 sur LCP. Deux interviews politiques, une revue de presse, des chroniques : une heure pour dépasser les postures, se démarquer du prêt-à-penser et se faire une opinion sur le contenu de l'actualité parlementaire et politique du jour. Réagissez en direct sur Twitter : #PolMat