twitter facebook chevron-right

Une 2ème journée de solidarité pour financer la dépendance ? "Un impôt déguisé", dénonce Valérie Rabault

La présidente du groupe Nouvelle Gauche à l'Assemblée nationale a critiqué, mercredi dans Politique matin, la possibilité évoquée par Emmanuel Macron de créer un deuxième jour férié travaillé, comme le lundi de Pentecôte, pour financer la dépendance. Elle pointe l'incohérence du chef de l'Etat qui se défend pourtant de ne pas créer de nouvel impôt durant son quinquennat.

Créer un deuxième "lundi de Pentecôte", soit un jour férié travaillé pour financer la dépendance, n'est-ce pas en réalité créer un nouvel impôt ? "Je n'aime pas l'hypocrisie en matière de finances publiques !, dénonce la patronne des députés PS Valérie Rabault. Le président de la République dit 'on augmentera pas les impôts et les taxes' et 10 minutes après il dit 'on va faire une deuxième journée de solidarité' mais qu'est-ce que ça veut dire ? Une deuxième journée de solidarité c'est des Français qui payent en plus !"

"C'est un impôt déguisé !"

La présidente du groupe Nouvelle Gauche appelle le chef de l'Etat à la clarté sur "ses positions". "Il faut appeler les choses par leur nom ! Une deuxième journée de solidarité cela reflète le fait que le gouvernement envisage une augmentation d'impôt ou de taxe. Il faut qu'il l'assume !"


Politique Matin, c’est tous les jours, du lundi au vendredi, de 8h30 à 9h30 sur LCP. Deux interviews politiques, une revue de presse, des chroniques : une heure pour dépasser les postures, se démarquer du prêt-à-penser et se faire une opinion sur le contenu de l'actualité parlementaire et politique du jour. Réagissez en direct sur Twitter : #PolMat