twitter facebook chevron-right

Affaire Benalla : pour Collomb, c’était à l’Élysée ou à la préfecture de police de saisir la justice

Affaire Benalla : pour Collomb, c’était à l’Élysée ou à la préfecture de police de saisir la justice

Durant deux heures et demie, le premier flic de France a répondu au feu nourri des questions des députés. Mais de larges zones d’ombres demeurent, le ministre affirmant souvent ne pas être en mesure de répondre, faute, assure-t-il, de disposer des éléments nécessaires...

3 semaines 39 min

Revivez l'intégralité de l'audition de Gérard Collomb :

Ministre le mieux informé de France ? Durant 2h30, Gérard Collomb, s’exprimant sous serment, a tenté de répondre aux questions des députés de la commission des Lois. Mais à l’entendre, il ne semble pas avoir eu de connaissance très précise de l’affaire Benalla. "Je ne sais pas…", "Je n’en ai pas eu connaissance…", "Vous me l’apprenez …", "Il faudrait demander au préfet de police…" : Gérard Collomb a multiplié les pas de côté devant la commission d’enquête.

Sur les faits, le ministre a indiqué avoir été informé le 2 mai dans l’après-midi, par son chef de cabinet, de l'existence d’une vidéo montrant Alexandre Benalla, collaborateur de l’Élysée, molesterdeux manifestants, lors des manifestations du 1er mai à Paris.

Gérard Collomb explique que son chef de cabinet avait lui-même été informé de cette vidéo par Vincent Caure, qu’il présente comme "chargé de mission des réseaux sociaux à l'Élysée". Sur son compte LinkedIn, celui-ci se décrit comme "chargé de mission auprès du conseiller politique chez Présidence de la République", Stéphane Séjourné, un intime du chef de l’État.

Dans la chaîne de décision, Gérard Collomb assure avoir demandé à son directeur de cabinet d’informer sans tarder le directeur de cabinet de l’Élysée, Patrick Strzoda qui a expliqué au Monde, la semaine dernière, avoir immédiatement contacté Emmanuel Macron, en voyage officiel en Australie.

Toutefois, Gérard Collomb estime que ce n'était pas à lui de saisir la justice, sur le fondement de l'article 40 du code de procédure pénale qui dispose que "Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs."

Le ministre de l’Intérieur considère que c’était plutôt à l’Élysée ou à la préfecture de police de paris qu’il revenait de saisir les autorités judiciaires. "Il leur appartenait d'agir (...) Ce n'est pas au ministre qu'il appartient de le faire. Je considère que c'est à ceux qui sont en responsabilité dans leurs administrations, au plus près du terrain, de recueillir les éléments permettant de justifier la transmission d'un signalement", a-t-il expliqué aux députés, lundi.

Après Gérard Collomb, ce sera au tour du préfet de police Michel Delpuech, d’être auditionné à l'Assemblée, à 14H00. Une audition à suivre en direct sur LCP.

Revivez l'essentiel des déclarations de Gérard Collomb :

23/07/2018
13:18

Collomb "ignorait" que Benalla était conseiller de l'Élysée, il croyait qu'il était policier



23/07/2018
13:20

Collomb a parlé de l'affaire Benalla avec Macron, mais... "le moins possible"



23/07/2018
13:34

Le comportement "inadmissible" de Benalla



23/07/2018
13:47

Port d'arme pour Benalla... en dépit des refus du ministère de l'Intérieur



23/07/2018
13:49

Mystère : qui a donné à Benalla son brassard de police et sa radio ?



23/07/2018
13:51

Collomb pas au courant du véhicule "VIP" de Benalla



23/07/2018
13:52

Benalla, l'invité mystère du 1er mai...



23/07/2018
13:54

Benalla, l'invité mystère du débriefing de la manifestation du 1er mai



23/07/2018
13:57

Collomb surpris par la mansuétude de l'Élysée dans la sanction initiale contre Benalla



23/07/2018
13:58

Vidéo de Benalla : Collomb assure ne l'avoir su que le 2 mai dans l'après-midi



23/07/2018
14:01

Manifestations : observateur ou forces de l'ordre, des vêtements différents pour tirer les conséquences de l'affaire Benalla ?