twitter facebook chevron-right

Affaire Benalla : les deux motions de censure rejetées

Affaire Benalla : les deux motions de censure rejetées

Les députés ont examiné mardi deux motions de censure, déposées respectivement par les députés LR et les députés PCF, PS et LFI. Aucune des deux n'a réuni la majorité requise de 289 voix.

2 mois 3 semaines

Les députés ont rejeté mardi après-midi les deux motions de défiance déposées par les députés LR et par les membres des groupes Nouvelle Gauche, GDR et LFI.

"L'affaire Benalla ne fait que commencer"

La première motion avait été défendue par le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale Christian Jacob. Offensif, le député LR a estimé que l'affaire Benalla ne faisait "que commencer" :

[Cette affaire] laissera des traces profondes. Des traces politiques, morales et institutionnelles !Christian Jacob

Christian Jacob a prôné un droit de regard du Parlement vis-à-vis de la sécurité du Président :

Monsieur Macron est président de la République, chef de l’Etat, sa fonction l’oblige ! Sa sécurité n’est plus seulement la sienne, elle relève de la Nation.Christian Jacob

La motion des députés Les Républicains n'a, sans surprise, pas été adoptée : elle n'a obtenu que 143 voix sur les 289 nécessaires.

"Régime hyper-présidentialiste"

La deuxième motion avait été signée par les députés communistes (groupe GDR), par les députés socialistes (groupe Nouvelle gauche) et par les députés de La France Insoumise.

C'est le chef de file des députés communistes André Chassaigne qui a pris la parole pour défendre cette motion. L'élu du Puy-de-Dôme a vu dans l'affaire Benalla une crise de la Ve République : "Ce scandale révèle surtout les dérives que produit un régime hyper-présidentialiste !"

La motion n'a recueilli que 74 voix.

"Une affaire individuelle", selon Philippe

Edouard Philippe a répondu aux interpellations de l'opposition, martelant que selon lui l'affaire Benalla était "une affaire individuelle". Le Premier ministre a dénoncé l'attitude des oppositions qui "prétendent se combattre" alors qu'elles sont "prêtes à voter des textes analogues" dans le seul but d'"atteindre le chef de l'Etat".

Le chef du gouvernement a ensuite longuement défendu le bilan de la première année du quinquennat d'Emmanuel Macron, évoquant notamment les "nouvelles politiques sociales" de la majorité : "Il faudra du temps pour qu'elles produisent tous leurs effets", a concédé Edouard Philippe.


Vincent Kranen et Maxence Kagni


>> A revoir : les débats de l'après-midi sur les motions de censure

Partie 1


Partie 2


31/07/2018
13:45

Qu'est-ce qu'une motion de censure ?


Qu'est-ce qu'une motion de censure ? Quelles sont ses conséquences ?

>> LCP vous explique tout.


31/07/2018
15:03

Qui va voter quoi ?



31/07/2018
15:16

Christian Jacob prend la parole


Le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale défend la motion de censure de son groupe. Il affirme que l'affaire Benalla "ne fait que commencer". Selon lui, elle "laissera des traces politiques, morales, institutionnelles".

Christian Jacob dénonce les "sanctions factices" subies selon lui par Alexandre Benalla.


31/07/2018
15:19

Jacob (LR) : les députés LREM sont des "godillots"


Christian Jacob (LR) dénonce une "confusion des pouvoirs".

Le président du groupe LR qualifie ses collègues de La République en Marche de "godillots".


31/07/2018
15:25

Jacob évoque le général de Villiers



31/07/2018
15:27

André Chassaigne (PCF) prend la parole


Le député communiste défend la motion de censure commune des groupes GDR, NG et LFI.

L'élu du Puy-de-Dôme accuse l'exécutif d'avoir "menti".



31/07/2018
15:35

Chassaigne (PCF) dénonce "l'ultra concentration des pouvoirs"


Le député communiste continue de défendre la motion de censure déposée par l'opposition de gauche.

Selon André Chassaigne, la commission d'enquête est devenue une "mascarade".

L'élu plaide ensuite pour une VIe République.


31/07/2018
15:50

Edouard Philippe : "Une affaire individuelle"


Le Premier ministre s'exprime : il assure que l'affaire Benalla est "une affaire individuelle".

"Ce qui devait être fait l'a été", assure Edouard Philippe, évoquant notamment la sanction subie par Alexandre Benalla ainsi que son licenciement.

Offensif, le Premier ministre évoque les affaires "Cahuzac" et "des sondages de l'Elysée" pour mieux montrer selon lui les "contrastes avec les périodes précédentes".


31/07/2018
15:51

Philippe dénonce les "théories du complot"



31/07/2018
15:59

Philippe : "Les événements du 1er mai ne disent rien de la Présidence"


Le Premier ministre défend l'action du gouvernement et les "nouvelles politiques sociales" de l'exécutif : "Il faudra du temps pour qu'elles produisent tous leurs effets."


31/07/2018
16:07

Philippe : "Nous ne ralentirons pas !"



31/07/2018
16:09

Fesneau (MoDem) : "Vous n'avez pas accepté le sort des urnes !"


Le président du groupe MoDem s'adresse à l'opposition :


31/07/2018
16:25

Sans surprise, le MoDem ne votera pas les motions de censure



31/07/2018
16:38

Riester (UAI) : "Les pouvoirs du Parlement ont été détournés"


Le co-président du groupe UDI, Agir et indépendants dénonce "le spectacle lamentable" donné par l'Assemblée nationale dans l'affaire Benalla.

Franck Riester (UAI) rend hommage à la députée LREM Yaël Braun-Pivet, récemment victime d'"insultes et de menaces sexistes et antisémites".

Selon le co-président du groupe UAI, "discuter de motions de défiance" est "hors sujet".

"Les pouvoirs du Parlement ont été détournés au profit de ceux du président de la République", affirme Franck Riester.




31/07/2018
16:43

Franck Riester attaque, sans la nommer, Marine Le Pen



31/07/2018
16:46

Valérie Rabault (PS) prend la parole


La députée socialiste, présidente du groupe Nouvelle Gauche, dénonce les travaux de la commission d'enquête qui ont "réduit l'Assemblée nationale à une chambre d'enregistrement".

Valérie Rabault dénonce la vision qu'a la majorité du rôle de l'Etat :

Selon elle, Emmanuel Macron "se comporte en chef de parti".


31/07/2018
17:02

Mélenchon raille les "pieds nickelés de l'Elysée"


Le président du groupe La France Insoumise dénonce une "cour des miracles installée au sommet de l'Etat".

Jean-Luc Mélenchon dénonce également une "chaîne ininterrompue de turpitudes au sommet de l'Etat".

Selon lui, "le présidentialisme rend fou la monarchie présidentielle".

Le député des Bouches-du-Rhône accuse également la majorité de vouloir "gommer la présence de l'Etat".



31/07/2018
17:03

Réforme de la Constitution : Mélenchon demande un référendum



31/07/2018
17:09

Chenu (RN) : "Nous allons voter ces motions de censure"


Le député non inscrit Sébastien Chenu, membre du Rassemblement national, prend la parole. Il dénonce une "dérive autoritaire" de l'exécutif, "un totalitarisme de moins en moins soft".

Les députés RN voteront donc les deux motions de censure.


31/07/2018
17:16

Ferrand (LREM) dénonce des motions qui ont "quelque chose de rance"


Le président du groupe LREM dénonce des motions de censure qui "ont quelque chose de rance, de marécageux, aux antipodes du débat d'idées".

Richard Ferrand nie avoir voulu entraver les travaux de la commission d'enquête.


31/07/2018
17:24

Ferrand (LREM) dénonce "l'alliance des auto-entrepreneurs de la démolition systématique"


Richard Ferrand met également en cause les députés de La France Insoumise et du Parti socialiste.


31/07/2018
17:31

Ferrand (LREM) ovationné


A l'issue d'une intervention ovationnée à plusieurs reprises par la majorité, Richard Ferrand reçoit une nouvelle standing ovation.



31/07/2018
17:35

Les députés communistes voteront les deux motions


Le député communiste Stéphane Peu critique la politique sociale du gouvernement.

Les députés du groupe GDR voteront les deux motions de censure.


31/07/2018
17:48

Mignola (MoDem) : "Zorro et Larrivé, ça peut faire une chanson"



31/07/2018
17:51

Habib (PS) interpelle Ferrand (LREM)



31/07/2018
18:37

La motion de censure LR rejetée


Elle n'a obtenu que 143 voix : il lui en fallait 289 pour être adoptée.


31/07/2018
18:49

Jumel (PCF) : "Similitudes troublantes avec le Second Empire"



31/07/2018
18:53

Faure (PS) : "Ce n'est pas rien..."



31/07/2018
19:04

Panot (LFI) accuse la majorité de faire "obstruction à la vérité"


Mathilde Panot (LFI) prend la parole et critique la majorité.

L'élue critique ensuite le député LREM Gabriel Attal.


31/07/2018
19:34

Krimi (LREM) : "Il faut préserver les droits de l'opposition"



31/07/2018
19:38

Le Pen : "E. Philippe a fait sien les mensonges développés par l'Elysée"



31/07/2018
19:44

La motion de censure GDR, NG et LFI rejetée