Débat et vote mardi à l'Assemblée sur le déconfinement

Actualité
le Vendredi 29 mai 2020 à 15:41

​Le Premier ministre présentera, mardi à 15h, à l'Assemblée, la stratégie nationale de déconfinement. Édouard Philippe doit préciser les modalités de sortie du "confinement le plus strict" annoncée par Emmanuel Macron, lors de sa dernière allocution télévisée. 

Alors qu'un débat et un vote sur les innovations numériques dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19, le "tracking" était prévu mardi 28 avril à l'Assemblée nationale, c'est finalement un débat élargit au plan global de sortie du confinement qui aura lieu. Ce débat qui aura lieu dans le cadre de l'article 50-1 de la Constitution sera suivi d'un vote. Un débat crucial alors que la France est entrée en confinement depuis 40 jours.

Dans un message adressé aux députés de La République en Marche, le président, Gilles Le Gendre, se félicite que le gouvernement puisse ainsi "répondre aux aspirations pressantes de nos concitoyens d'être informés le plus tôt possible des dispositions qui s'appliqueront à compter du 11 mai".

De source parlementaire issue de la majorité, lier le débat sur le déconfinement et celui, initialement prévu, sur le traçage numérique est logique, puisque le traçage numérique est un élément de la stratégie de sortie du confinement. Cette même source indique que le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, et son homologue du Sénat, Gérard Larcher, étaient tous les deux favorables à un tel débat.

Du côté de l'opposition, le président du groupe Les Républicains, Damien Abad, fait une analyse critique de l'annonce de ce débat global. Il estime que "l’exécutif a eu peur du débat et du vote sur le traçage numérique" qui risquaient, selon lui, de "fracturer largement la majorité".

Une lecture qui est aussi celle du député La République en Marche Aurélien Taché, opposé au traçage numérique et qui assume régulièrement une parole critique au sein de la majorité. "Un vote unique sur le plan déconfinement, et donc sans possibilité de se prononcer sur le traçage numérique en tant que tel, (...) ne correspond pas, au regard des enjeux, à un niveau de démocratie parlementaire suffisant", estime-t-il sur Twitter.

Plus largement, le président du groupe La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, dénonce ce changement de calendrier sur les réseaux sociaux. "Un débat sur le plan de déconfinement annoncé samedi soir, avancé d'une semaine. (...) Les robots LREM voteront comme des automates. Telle est la monarchie macroniste. Non ce n'est plus la démocratie parlementaire", écrit l'ancien candidat à l'élection présidentielle.

Même tonalité au sein du groupe Socialistes et apparentés, où le député Hervé Saulignac écrit dans un tweet : "Le plan de déconfinement sera l'une des décisions les plus graves que le Parlement ait à prendre. Présenté mardi à 15h par Edouard Philippe, l'Assemblée n'aura que quelques minutes de réflexion avant de l'adopter. Le Covid-19 ne devrait pas pouvoir autoriser tout."

Très critique aussi, le député communiste, Pierre Dharréville, estime sur Twitter que "le gouvernement se met en scène. l'exécutif joue solo mais cherche un semblant de légitimité. Le déconfinement appelle un débat pris en compte, pas une déclaration et un vote de confiance express (...). Mauvaises conditions pour réussir ensemble".

"Sur la méthode, c'est scandaleux. Le gouvernement considère le Parlement comme une chambre d'enregistrement", réagit le co-président du groupe Libertés et Territoires, Philippe Vigier. "Ce plan était initialement prévu pour le 5 mai. On se prive de 8 jours de réflexion. Le déconfinement, c'est fondamental : soit on le réussit, soit on le loupe et il y aura des morts", regrette Philippe Vigier.

Ce débat et le vote qui suivra ayant lieu à partir de 15h mardi, les questions au gouvernement qui ont habituellement lieu à cette heure-là seront déplacées. Une conférence des présidents de l'Assemblée nationale aura lieu lundi matin pour revoir l'ordre du jour. De sources parlementaires, la séance de questions au gouvernement sera reportée au mercredi matin en fin de matinée.