Image
DD-LES NAZIS ET L'ARGENT

Les nazis et l'argent-débatdoc en deux parties lundi 25 octobre et lundi 1er novembre à 20h30

Juin 1940 : Hitler lance ses troupes blindées contre la France, la Belgique et la Hollande. Pourtant, l'Allemagne n'a plus d'argent, peu de matières premières, pas de pétrole et pas de devise. Comment les nazis ont-ils pu, sans argent et à la tête d'une économie faible, déclencher ce cataclysme que fut la Seconde Guerre mondiale ?

En s'appuyant sur les travaux d'une nouvelle génération d'historiens, ce film, par son approche économique, industrielle et financière de la période du IIIème Reich, nous plonge au coeur du système nazi grâce à des figures historiques clés tombées dans l'oubli (Hjalmar Schacht, Dr. Georg Von Schnitzler, Fritz Sauckel, Erich Müller...).

Aux côtés d'historiens de renom, grâce à des animations 3D et à une approche inédite des archives - pour certaines peu exploitées - ce film révèle comment les nazis sont parvenus à structurer, à insérer leurs idées racistes et violentes dans tous les pans de l'économie allemande - de la grande industrie au petit commerce en passant par l'agriculture, la recherche et la finance - jusqu'à créer un « modèle » économique dont les principaux outils de gestion étaient le vol et le meurtre de masse, et dont l'objectif ultime était la guerre et la destruction de l'Europe.

  • Réalisateur : Gil Rabier
  • Durée : 2 x 47'
  • Année : 2021
  • Production : Arte France et Gogogo films

Épisode 1 : une guerre mondiale à crédit :

lundi 25 octobre à 20h30

Video file

Dès son accession au pouvoir en 1933, Hitler veut faire la guerre. Le combat est au cœur de l’idéologie nazie, les forts doivent écraser les faibles. Pour faire la guerre il faut des armes et une armée. L’Allemagne n’en a pas. Loin des images d’Épinal, le pays est épuisé par des années de crise, c’est une puissance moyenne, du niveau de l’Iran ou de l’Afrique du Sud d’aujourd’hui.

Les nazis se lancent dans une extraordinaire opération de manipulation financière et parviennent à relancer l’économie en fabriquant des quantités énormes d’armes. C’est le miracle économique nazi des années 1935-1936 : une économie en surchauffe qui a besoin de la guerre pour continuer sa course folle. En 1939, Hitler se lance dans une guerre à crédit, un immense crédit gagé sur les spoliations et les prédations à venir.

Suivi d'un débat présenté par Jean-Pierre Gratien sur le thème : "la guerre à crédit des nazis"

Diffusions :

  • Lundi 25 octobre à 20h30
  • Lundi 1er novembre à 00h30
  • Jeudi 9 décembre à 20h30
  • Jeudi 16 décembre à 00h30

Épisode 2 : une économie de la mort :

lundi 1er novembre à 20h30

Video file

Les éclatantes victoires allemandes de 1940 cachent une économie aux abois. Tout manque, l’essence, les armes, les matières premières, la nourriture, les devises : un immense pillage s’organise dans les pays envahis, l’économie de guerre nazie est une économie du vol et de la spoliation.Elle va devenir peu à peu une économie de la prédation.

Le meurtre des populations juives, le terrible projet au cœur du national-socialisme, reste prioritaire, mais il doit s’adapter aux urgences du manque de nourriture et du manque de main-d’œuvre.

Les nazis parviennent à articuler leurs obsessions idéologiques meurtrières avec les nécessités de la production d’armement. Les nazis calculent, planifient, transforment l’être humain en chose, taillable et corvéable à merci. La production industrielle s’adapte. La mort fait partie de l’équation. Cette alliance solide entre les pires éléments du régime et les ingénieurs de l’industrie de l’armement forment un système économique effroyable qui permet au régime hitlérien de continuer le combat jusqu’à l’effondrement du pays. 

Suivi d'un débat présenté par Jean-Pierre Gratien sur le thème "l'effroyable économie de guerre nazie"

Diffusions : 

  • Lundi 1er novembre à 20h30
  • Dimanche 7 novembre à 18h
  • Lundi 8 novembre à 00h30
  • Jeudi 16 décembre à 20h30

Suivis de débats présentés par Jean-Pierre Gratien

Image
DEBATDOC-Jean-Pierre Gratien

Avec :

  • Olivier Wieviorka, historien spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, notamment de la Résistance 
  • Barbara Lambauer, historienne de la seconde guerre mondiale en Europe
  • Stefan Martens, historien allemand spécialiste du IIIe Reich. Ancien directeur adjoint de l'Institut historique allemand de Paris