Image
Manuel Valls à Paris

Législatives des Français de l'étranger : la majorité présidentielle en tête, Manuel Valls éliminé

Actualité
par LCP.fr, le Dimanche 5 juin 2022 à 21:43, mis à jour le Lundi 6 juin 2022 à 11:44

Les Français résidant à l'étranger et en Polynésie française étaient appelés à voter pour le premier tour des élections législatives une semaine avant les électeurs de métropole et des autres territoires d'Outre-mer. Les candidats de la majorité présidentielle sortante sont arrivés en tête dans 8 circonscriptions des Français de l'étranger sur 11. Parmi les exceptions, Manuel Valls a été éliminé dans la 5e circonscription des Français de l'étranger. 

En 2017, la majorité présidentielle d'Emmanuel Macron avait presque réalisé le grand chelem en remportant 10 des 11 circonscriptions des Français de l'étranger qui ont aussi très majoritairement voté pour le chef de l'Etat lors de la dernière élection présidentielle. Cette année, les candidats d'Ensemble ! (qui regroupe La République en marche, le Mouvement démocrate et Horizons) sont arrivés en tête dans 8 circonscriptions au premier tour. Et dans 9 circonscriptions, le second tour opposera un candidat de la majorité présidentielle sortante à un candidat de l'alliance que la gauche a formé au sein de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes). 

Manuel Valls éliminé

Parmi les exceptions, Manuel Valls est éliminé dès le premier tour dans la 5e circonscription des Français de l'étranger qui comprend l'Espagne, le Portugal, Andorre et Monaco. Son investiture par "Ensemble !" avait provoqué la dissidence du député sortant, Stéphane Vojetta, qui n'avait pas obtenu le soutien de La République en marche pour cette élection. Dans la soirée, l'ancien Premier ministre a publié une série de tweets dans lesquels il prend acte de sa défaite : 

C'est le candidat de la Nouvelle union populaire écologique et sociale, Renaud Le Berre qui arrive en tête du premier tour avec 27,24% des voix. Stéphane Vojetta, le candidat dissident, se hisse au second tour avec 25,39% des voix. Député sortant, il avait été élu, en 2017, en tant que suppléant de Samantha Cazebonne qui est devenue sénatrice en 2021. Manuel Valls ne se classe que troisième avec un peu plus de 15% des suffrages. 

Sur Twitter, Manuel Valls a aussi écrit : "Mes remerciements vont aussi à la majorité présidentielle pour son investiture et son soutien. Si la dissidence et la division ont semé la confusion, je ne peux pas ignorer mon score et le fait que ma candidature n'a pas convaincu. Une élection est un moment de vérité". Et de poursuivre : "Il m'appartient d'en tirer les conséquences. La vie est suffisamment belle pour tourner tranquillement les pages. En attendant, pour le second tour, j'appelle (...) à faire barrage au candidat de la Nupes".  

Duel entre la majorité présidentielle et la Nupes dans 9 circonscriptions sur 11

Outre la 5e circonscription, la Nouvelle union populaire arrive également en tête dans la 9e, qui couvre l'Afrique de l'Ouest et le Maghreb, où le diplomate Karim Ben Cheikh, devance la candidate de la majorité présidentielle, l'ex-ministre Élisabeth Moreno. 

Partout ailleurs, sauf dans la 8e circonscription qui regroupe huit pays du pourtour méditerranéen, les candidats investis par les partis qui soutiennent Emmanuel Macron arrivent en première position. C'est le cas dans la 1re circonscription, qui regroupe les Français d'Amérique du Nord, avec le député sortant de la La République en marche, Roland Lescure qui se place devant la candidate de la Nupes, Florence Roger. Dans la 6e circonscription, celle de la Suisse, le député sortant, depuis longtemps en rupture avec le parti présidentiel, Joachim Son-Forget, est éliminé au profit du candidat d'Ensemble !, un proche d'Emmanuel Macron, Marc Ferracci, qui se retrouve au second tour face à la Nupes Magali Mangin qui représente la Nupes

Dans la 3e circonscription, qui comprend le Royaume-Uni, la Scandinavie, la Finlande et les pays baltes, c'est Alexandre Holroyd, le député sortant investi par Ensemble !, et Charlotte Minvielle, de la Nupes, qui se qualifient pour le second tour. Même configuration dans la 4e circonscription, celle du Benelux, où le candidat de la majorité présidentielle, le sortant, Pieyre-Alexandre Anglade, se retrouve face à la candidate de la Nupes, Cécilia Gondard. Même cas de figure encore dans la 7e circonscription, qui couvre l'Europe centrale et les Balkans, où le député sortant Frédéric Petit, qui siège au sein du groupe MoDem, arrive devant sa concurrente de la Nupes, Asma Rharmaoui-Claquin. 

L'affiche sera la même dans trois autres circonscriptions. Dans la 2e, Amérique latine et Caraïbes, Éléonore Caroit, de la majorité présidentielle sortante, est qualifiée, ainsi que Christian Rodriguez, qui représente l'union de la gauche. La députée sortante Paula Forteza, élue en 2017 sous la bannière de LaREM, avait quitté la majorité en 2020 et ne s'est pas représentée. Dans la 10e circonscription, Proche-Orient et majeure partie de l'Afrique, la candidate d'Ensemble !, Amélia Lakrafi, se place devant sa rivale pour le second tour, la candidate de la Nupes, Chantal Moussa. Et dans la 11e, Europe orientale, Asie et Océanie, la députée sortante, Anne Genetet, à nouveau candidate sous la bannière de la majorité présidentielle, arrive largement en tête, devant Dominique Vidal de la Nupes. 

Enfin, dans la 8e circonscription, qui couvre notamment l'Italie, la Grèce, la Turquie et Israël, les électeurs placent en tête le député sortant UDI et indépendants, Meyer Habib, qui se qualifie donc pour le second tour face à la candidate d'Ensemble !, Deborah Abisror-de Lieme, ancienne cheffe de cabinet d’Olivier Véran au ministère de la santé.

En Polynésie, les candidats de la majorité en tête dans deux circonscriptions sur trois

En Polynésie, territoire d'Outre-mer où les électeurs étaient appelés à voter eux aussi pour le premier tour avant la métropole et le reste des Outre-Mer, deux candidates investies par la majorité présidentielle, arrivent en tête avant le second tour : Nicole Bouteau dans dans la première circonscription et Tepuaraurii Teriitahi dans la deuxième. Dans la troisième circonscription, c'est le député sortant Moetai Brotherson, qui siège avec les députés communistes à l'Assemblée nationale, qui se place en première position devant le candidat investi par Ensemble !