Image
Les députés RN au Cap d'Agde, le 18 septembre 2022

Laurent Jacobelli (RN) : "Nous refuserons ce budget"

Actualité
par Raphaël Marchal, le Samedi 17 septembre 2022 à 20:18, mis à jour le Dimanche 18 septembre 2022 à 18:06

Le Rassemblement national tient ses journées parlementaires au Cap d'Agde sur fond de campagne pour la succession de Marine Le Pen à la tête du parti. Alors que le gouvernement prépare le budget de la France pour 2023, les députés RN affichent déjà leur intention de voter contre le projet de loi de finances. 

Trois mois après des élections législatives qui les ont vu passer de 8 à 89 députés, c'est avec une allégresse non dissimulée que les élus du Rassemblement national se retrouvent au Cap d'Agde (Hérault), pour leurs journées parlementaires organisées du vendredi 16 au dimanche 18 septembre. Trois jours "historiques", va même jusqu'à lancer Laurent Jacobelli, qui se félicite du nombre de participants. "C'est sympa de se retrouver là, d'apprendre à vraiment se connaître dans un tel cadre", juge Thomas Ménagé, qui fait partie des nouveaux visages du RN.

Il ne s'agit pas là de l'unique but des trois journées parlementaires, émaillées de conférences et de formations, dispensées au palais des congrès. Sous ce grand belvédère contemporain à la blancheur immaculée, l'ambiance est studieuse. On y parle énergies, sociologie électorale, budget, fonctionnement de l'Assemblée nationale et communication. Objectif : poursuivre la stratégie qui consiste à gagner en crédibilité. "On sent vraiment la volonté de bien faire parmi eux", observe Sébastien Chenu, qui effectue son deuxième mandat de député. "On a été jeté dans le grand bain en juillet, maintenant il faut qu'on crawle", explique Laure Lavalette, reprenant les mots de Marine Le Pen.

Le RN votera contre le budget

La rentrée devrait vite leur permettre de confronter la théorie à la pratique. Début octobre, le projet de loi de finances pour 2023 fera sera examiné à l'Assemblée. "On sait que la rentrée va démarrer sur les chapeaux de roue", rapporte Kévin Mauvieux. Une formation expresse sur le projet de loi de finances figurait d'ailleurs au programme des journées parlementaires, afin d'offrir des clés de compréhension à ceux qui n'ont jamais mis les mains dans le cambouis budgétaire. Le vote des élus RN, lui, semble cependant déjà scellé : ils s'y opposeront . "C'est une nouvelle fois la traduction politique du macronisme", juge Laurent Jacobelli : "Plus de mondialisation, plus d'injustice sociale, plus d'immigration."

Les députés du Rassemblement national sont prêts à défendre leurs idées : augmentation de 10 % des salaires sans charges sur cette hausse, baisse de la TVA de 20 % à 5,5 % sur l'énergie, suspension de la TVA sur un panier de première nécessité... "Ce serait bien de s'attaquer à la spéculation, au surprofit", ajoute le spécialiste maison du budget, Jean-Philippe Tanguy.

L'élection du futur président plane sur le Cap d'Agde

Un autre sujet anime les conversations sur le perron du palais des congrès : la succession de Marine Le Pen, qui abandonnera définitivement la présidence du Rassemblement national après plus de dix ans passé à sa tête. Deux candidats s'affrontent : Louis Aliot, maire de Perpignan et Jordan Bardella, président par intérim du parti depuis septembre dernier. Le président sera élus lors d'un congrès organisé à Paris le 5 novembre.

"Les débats sont apaisés, il ne seront pas pollués, il n'y aura pas de coup bas", promet Laurent Jacobelli. "L'ambiance est très sereine, la compétition est saine. Les deux candidats sont de toute façon sur la même ligne, la différence réside dans leur tempérament", renchérit Kévin Mauvieux. Louis Aliot et Jordan Bardella s'exprimeront tour à tour au Cap d'Agde, ce dimanche, avant le discours de Marine Le Pen qui, depuis le Palais Bourbon, restera la véritable cheffe de file du Rassemblement national.