Image
La Nupes devra être reconnue comme une nuance politique unique

Législatives : la Nupes sera finalement reconnue comme une "nuance politique"

Actualité
par Raphaël Marchal, le Mardi 7 juin 2022 à 18:03, mis à jour le Mardi 7 juin 2022 à 18:37

Le Conseil d'Etat a enjoint, mardi 7 juin, au ministère de l'Intérieur de prendre en considération la Nupes comme "une nuance politique à part entière" lors des élections législatives, donnant raison à l'alliance de gauche qui avait saisi la plus haute juridiction administrative en référé. Le ministère de l'Intérieur a pris acte de la décision du Conseil d'Etat. 

La Nouvelle union populaire écologique et sociale a eu gain de cause. Saisi par l'union de la gauche, le juge des référés du Conseil d’État a tranché en sa faveur, mardi 7 juin 2022. Ce dernier a demandé au ministère de l'Intérieur de bien reconnaître la Nupes comme "nuance politique unique" dans le cadre des élections législatives, jugeant que l'absence d'une telle étiquette porterait "atteinte à la sincérité de la présentation des résultats électoraux". Prenant acte de la décision de la haute juridiction administrative, la place Beauvau confirmé qu'elle allait modifier ses grilles.

Sans cela, les résultats de chacune des composantes de l'union de la gauche auraient été présentés séparément, rendant plus difficile la lecture du scrutin au soir des élections. Plus encore compte tenu de la présence de candidats dissidents à gauche, ou de partis très divers reconnus sous l'étiquette "écologistes". Pour cette raison, une polémique autour de l'absence de reconnaissance d'une nuance "Nupes" avait eu lieu lors de l'enregistrement des candidatures en préfecture, d'autant qu'un choix différent avait été effectué concernant la majorité présidentielle. Le ministère de l'Intérieur avait bien reconnu la nuance politique "Ensemble !", déclenchant l'ire de Jean-Luc Mélenchon. Le chef de file de La France insoumise avait alors dénoncé une "tentative de privatisation de l'État à des fins politiciennes". 

Il s'est donc félicité de la décision du juge des référés de ce mardi. "Darmanin et Macron doivent cesser leurs bidouilles et manigances", a écrit Jean-Luc Mélenchon dans un tweet.