Image
Bancs de la France insoumise

Niche parlementaire : LFI fait le tri pour donner la priorité à l'IVG dans la Constitution et à l'abolition de la corrida

Actualité
par Ludovic FAU, le Jeudi 24 novembre 2022 à 06:00, mis à jour le Jeudi 24 novembre 2022 à 10:05

Les députés de La France insoumise ont retiré leurs propositions visant à créer une commission d'enquête sur les Uber Files et à augmenter le SMIC à 1600 euros net de l'ordre du jour de leur journée d'initiative parlementaire à l'Assemblée nationale, afin de favoriser l'examen des textes destinés à garantir le droit à l'IVG dans la Constitution et à interdire la corrida. 

Une fois par session parlementaire, les groupes politiques minoritaires et d'opposition de l'Assemblée nationale ont la possibilité d'inscrire les textes de leur choix à l'ordre du jour de l'hémicycle et ainsi imposer leurs thèmes et tenter de faire voter leurs propositions. Pour sa journée d'initiative parlementaire, jeudi 24 novembre, le groupe de La France insoumise avait inscrit douze textes à l'ordre du jour du Palais-Bourbon. 

En fonction de l'ordre dans lequel ces textes avaient été déposés par les députés LFI, les débats auraient dû commencer par une proposition de résolution visant à créer une commission d'enquête sur les Uber Files et le rôle joué par Emmanuel Macron dans l'implantation de l'entreprise de VTC en France lorsqu'il était ministre de l'Economie, puis par une proposition de loi visant à augmenter le SMIC à 1600 euros net. Venaient ensuite une proposition de loi destinée à garantir le droit à l'IVG dans la Constitution et une proposition de loi destinée à abolir la corrida. 

En tout état de cause, le temps imparti aux groupes lors de leurs réservées dans l'hémicycle - avec une séance qui commence à 9h et qui, pour ces journées, ne peut aller au-delà de minuit - n'aurait pas permis d'examiner les douze textes. Mais, compte tenu du nombre d'amendement déposés sur les propositions concernant le SMIC, l'IVG et la corrida, il n'était même pas certain que ces deux derniers textes puissent être examinés jusqu'au bout. Mardi, la présidente du groupe La France insoumise, Mathilde Panot, avait dénoncé une "obstruction antidémocratique" de la part de certains groupes pour empêcher, en particulier, les débats sur l'IVG et la corrida. 

Finalement, les députés LFI ont décidé, mercredi soir, de retirer leurs deux premiers textes de l'ordre du jour, afin de donner la priorité à la proposition de loi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution qui est soutenue par les députés de la Nupes, mais aussi par ceux de la majorité. Même si le débat sur ce sujet devrait durer une bonne partie de la journée, la suppression des deux premiers textes permet aussi d'envisager que le débat sur l'abolition de la corrida, qui transcende les clivages politiques avec une ligne de partage au sein de la plupart des groupes, puisse avoir lieu dans l'hémicycle. La semaine dernière, tous les textes de la France insoumise avaient été rejetés par les commissions compétentes des l'Assemblée, sauf celui concernant l'IVG qui avait été adopté.