Vers l'interdiction des "puffs" : les députés adoptent une proposition de loi en commission

Actualité
par Marine Cardot, le Mardi 28 novembre 2023 à 20:40, mis à jour le Lundi 4 décembre 2023 à 22:19

La commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale a adopté, ce mardi 28 novembre en première lecture, une proposition de loi visant "à interdire les dispositifs électroniques de vapotage à usage unique". Ce texte transpartisan sera à l'ordre du jour de l'hémicycle la semaine prochaine, début décembre. 

Elles sont reconnaissables à leurs couleurs acidulées et à leur forme compacte. Les puffs, des cigarettes électroniques jetables particulièrement appréciées des plus jeunes pour leurs goûts fruités, pourraient bientôt être interdites en France. Mardi 28 novembre, les députés de la commission des affaires sociales ont adopté une proposition de loi transpartisane "visant à interdire les dispositifs électroniques de vapotage à usage unique". 

Au terme d'une discussion consensuelle, le texte a été voté à l'unanimité. La première signataire et co-rapporteure de la proposition de loi Francesca Pasquini (Ecologiste) s'est félicitée de l'adoption de ce texte "co-signé par 166 députés issus de huits groupes politiques différents". "Notre unité sera une force", a complété le co-rapporteur Michel Lauzzana (Renaissance).

Un danger pour les jeunes

Apparue en 2021, la "puff" (ou "bouffée" en français) est particulièrement attractive auprès des collégiens. "Les mineurs en font un large usage", a pointé Francesca Pasquini soulignant que "les arômes fruités et sucrés sont attirants, [et que] la discrétion du dispositif le fait passer inaperçu auprès des parents."

"Ces objets, au développement exponentiel et anarchique, visent à compenser le risque pour les industriels du tabac que les générations à venir ne fument plus du tout." Francesca Pasquini (Ecologiste)


La députée écologiste alerte aussi sur "de graves contournements de l'interdiction de vente aux mineurs", précisant qu'"en France, 47% des jeunes qui ont essayé ces dispositifs à usage unique ont découvert la nicotine à travers ces produits", ce qui en fait une porte d'entrée vers le tabagisme. 

"Aberration environnementale"

En outre, pour les députés qui ont signé cette proposition de loi, les puffs représentent un danger pour la santé publique, mais aussi sur le plan environnemental, notamment du fait du plastique et du lithium qui composent ces cigarettes électroniques jetables. 

Michel Lauzzana pointe ainsi "une véritable aberration sur le plan environnemental". "Nous ne pouvons plus attendre pour abolir ce fléau sanitaire et écologique", a-t-il ajouté.  

Francesca Pasquini a, par ailleurs, tenu à rappeler que la proposition de loi "ne s'attaquait pas aux cigarettes électroniques rechargeables" destinées aux adultes et qui peuvent représenter une aide pour ceux qui souhaitent arrêter de fumer. 

Au-delà de cette proposition de loi, Nicolas Turquois (Démocrate), a profité de l'examen de celle-ci en commission pour plaider en faveur d'"une grande politique de lutte contre les addictions". 

L'interdiction de la puff s'inscrit plus largement dans un plan national de lutte anti-tabac, présenté par le gouvernement ce même mardi 28 novembre. Il prévoit notamment l'augmentation du prix du paquet de cigarette et l'interdiction de fumer sur les plages, dans les parcs et aux abords de certains lieux publics. 

La proposition de loi adoptée en commission sera examinée, en première lecture, dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, dans quelques jours, au cours de la première semaine du mois de décembre