Image
MAGALI COHEN / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Baromètre politique : Macron en hausse, Mélenchon en tête gauche

Actualité
par Maxence Kagni, le Lundi 28 mars 2022 à 13:00, mis à jour le Mardi 29 mars 2022 à 05:00

La cote de popularité d'Emmanuel Macron est en nette hausse (+5 points) dans le baromètre Odoxa-Mascaret pour LCP-AN, Public Sénat et 20 titres de la presse quotidienne régionale. Jean-Luc Mélenchon, lui, est très largement devant à gauche, mais il bénéficie d'un moins bon potentiel électoral que Marine Le Pen.

A deux semaines du 1er tour de l'élection présidentielle, les positions des candidats sont-elles en train de se consolider ? Dans le dernier baromètre* Odoxa-Mascaret pour LCP-AN, Public Sénat et 20 titres de la presse quotidienne régionale, trois d'entre-eux tirent particulièrement leur épingle du jeu : Emmanuel Macron, dont la popularité est en hausse, Marine Le Pen, qui bénéficie d'une cote d'adhésion élevée auprès des sympathisants de droite et d'extrême droite, et Jean-Luc Mélenchon, populaire chez les sympathisants de gauche et d'extrême gauche. Eric Zemmour et Valérie Pécresse sont quant à eux en difficulté.

C'est son plus haut niveau de popularité depuis juin 2018 : 46% des Français interrogés estiment qu'Emmanuel Macron est un "bon président de la République". Entre la dernière mesure, qui date des 15 et 16 février, et ce sondage réalisé les 23 et 24 mars, le chef de l’État gagne 5 points. Une progression qui peut notamment s'expliquer par sa gestion de l'invasion russe en Ukraine. 

Image
Sondage Odoxa

Le président de la République est ainsi mieux placé que ses prédécesseurs au même moment de leur mandat : Nicolas Sarkozy était crédité de 36% de popularité, tandis que seulement 22% des personnes interrogées jugeaient que François Hollande était un bon président. Le chef de l’État est également mieux perçu que son actuel Premier ministre : la cote de popularité de Jean Castex est de 39% (+ 1point).

Mélenchon, seul en tête auprès des sympathisants de gauche et d'extrême gauche

Autre enseignement de ce sondage : la bonne dynamique dans laquelle se situe Jean-Luc Mélenchon est confirmée par l'enquête d'Odoxa. Le candidat de La France insoumise, qui se présente sous la bannière de l'Union populaire, arrive en tête du palmarès de l'adhésion des sympathisants de gauche et d'extrême gauche (60%), loin devant François Hollande (47%), Yannick Jadot (44%) et Christiane Taubira (43%). Sa cote à gauche gagne quatre points en un mois, signe de la dynamique en sa faveur.

Image
Sondage Odoxa

La cote de popularité de Jean-Luc Mélenchon est, par ailleurs, à son plus haut niveau depuis novembre 2017. Sa progression est constante : 28% en septembre 2019, 31% en novembre 2020 et désormais 33%. Jean-Luc Mélenchon est populaire chez les sympathisants de gauche, y compris chez les sympathisants du Parti socialiste (53% d'opinions positives), mais reste très largement rejeté sur le reste de l'échiquier politique (opinions très négatives chez les sympathisants de La République en marche, des Républicains, du Rassemblement national et de Reconquête).

Image
Sondage Odoxa

Par ailleurs, avec 25% d'adhésion (en baisse d'un point), le député La France insoumise des Bouches-du-Rhône est la 7e personnalité politique qui suscite le plus de soutien ou de sympathie. Le potentiel de vote (qui n'est pas une intention de vote) de Jean-Luc Mélenchon est, selon le sondage, de 27% : 12% des sondés disent qu'ils vont "certainement" voter pour lui, 15% qu'ils vont "probablement" le faire.

Malgré ces résultats flatteurs, l'image de Jean-Luc Mélenchon reste mauvaise auprès des Français interrogés. 57% d'entre-eux affirment qu'ils ne voteront "certainement pas" pour lui. Il faut également noter que seulement 42% des personnes qui pourraient voter pour Jean-Luc Mélenchon le feraient par adhésion, alors que 57% le feraient par défaut (dont 25% de "vote utile"). Avec 48% de rejet, le candidat à l'élection présidentielle est également la cinquième personnalité politique la plus rejetée.

Enfin, les traits de caractère qui s'appliquent le mieux à la personnalité de Jean-Luc Mélenchon ont tous une connotation négative : 78% des sondés jugent que l'épithète "impulsif" s'applique "plutôt bien" à lui, 70% lui trouvent un côté "agressif", 64% le jugent "populiste" et 55% "sectaire". D'un autre côté, 54% des Français interrogés estiment que l'épithète "proche des gens" s'applique "plutôt mal" à sa personne. Enfin, 70% des sondés jugent que le qualificatif "capable de diriger la France" s'applique "plutôt mal" à Jean-Luc Mélenchon.

Marine Le Pen, solidement ancrée auprès des sympathisants de droite et d'extrême droite 

Dans le duel à distance que se livrent Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, la candidate du Rassemblement national semble avoir, pour l'instant, une longueur d'avance. Son potentiel de vote est supérieur à celui de Jean-Luc Mélenchon : 37% des sondés disent qu'ils pourraient voter pour elle, contre 27% pour le leader de La France insoumise. Néanmoins, 51% des personnes interrogées affirment qu'elles ne voteront "certainement pas" pour la candidate du Rassemblement national.

Image
Sondage Odoxa

Plus globalement, Marine Le Pen est la troisième personnalité politique qui suscite le plus de soutien (34%). Dans cette cote d'adhésion, qui ne teste pas Emmanuel Macron, seuls Edouard Philippe (44%) et Roselyne Bachelot (35%) font mieux qu'elle. La députée du Pas-de-Calais est, par ailleurs, en tête du classement de l'adhésion chez les sympathisants de droite et d'extrême droite sondés, avec 64%. Même si elle perd 5 points en un mois, elle devance Nicolas Sarkozy (53%) et Marion Maréchal (48%, -8 points). Eric Zemmour, lui, perd 9 points en un mois (44%). Valérie Pécresse arrive, quant à elle, en 8e position avec 36%.  

Malgré ces indicateurs positifs, Marine Le Pen demeure la 7e personnalité politique la plus rejetée avec 46% de rejet. La candidate du Rassemblement national est à égalité avec Nicolas Dupont-Aignan mais fait mieux qu'Anne Hidalgo (52%, +4 points). Valérie Pécresse, qui est 9e de ce classement (à 45%), gagne 10 points de rejet en un mois.

Eric Zemmour demeure, pour sa part, premier du classement du rejet (63%, +6 points) et se classe 13e du palmarès de l'adhésion (19%, -4 points). Sa cote d'adhésion auprès des sympathisants de droite et d'extrême droite est en chute libre (44%, -9 points). Elle demeure toutefois supérieure à celle de Valérie Pécresse (36%, -5 points) et de Nicolas Dupont-Aignan (36%, +2 points).

Image
Sondage Odoxa

* Sondage réalisé par Odoxa avec Mascaret pour LCP-AN, Public Sénat et 20 titres de la presse quotidienne régionale, auprès d'un échantillon de 1005 Français représentatif de la population française de 18 ans et plus, interrogés par Internet les 23 et 24 mars 2022.