Image
Première projection du futur hémicycle

Législatives : Ensemble en tête selon les projections en sièges, sans garantie de majorité absolue

Actualité
par Jason WielsSoizic BONVARLET, Juliette Lacroix, Raphaël Marchal, Aurelien Meslet, le Dimanche 12 juin 2022 à 17:28, mis à jour le Lundi 13 juin 2022 à 01:37

Selon les résultats publiés par le ministère de l'Intérieur, la coalition présidentielle (Ensemble) obtient 25,75 des voix au premier tour des élections législatives, juste devant l'alliance de gauche (Nupes) qui rassemble 25,66% des suffrages. Les projections en sièges d'Ipsos/Sopra Steria indiquent qu'Ensemble pourrait faire élire de 255 à 295 députés, tandis que la Nupes pourrait obtenir de 150 à 190 sièges . Le second tour, dimanche 19 juin, s'annonce crucial, sur fond d'abstention record.

Les enseignements du premier tour des législatives 

  • Emmanuel Macron avait demandé une "majorité forte et claire" aux Français pour mener sa politique et avait fustigé les "extrêmes", visant la Nouvelle union populaire écologique et sociale et le Rassemblement national. Avec un score national de 25,75%, le camp présidentiel réalise un moins bon score qu'en 2017 (32,3%). Selon les projections en sièges, la coalition présidentielle (La République en marche, MoDem, Horizons) obtiendrait de 255 à 295 sièges, alors que la majorité absolue nécessite au moins 289 sur 577 sièges à l'Assemblée nationale. 
  • La gauche qui se présente largement unie sous la bannière de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale obtient 25,66% des voix au niveau national. La Nupes, qui regroupe La France insoumise, le Parti socialiste, le Parti communiste et Europe Écologie Les Verts pourrait faire élire de 150 à 190 députés.
  • Le Rassemblement national (18,68% des voix au niveau national) pourrait obtenir de 20 à 45 sièges. Le parti de Marine Le Pen serait donc en mesure de créer un groupe à l'Assemblée nationale, ce qui nécessite au moins 15 députés. 
  • Les Républicains et l'UDI (11,29%) pourraient obtenir de 50 à 80 sièges. Lors de la précédente législature, LR était le principal groupe d'opposition avec une centaine de députés.
  • Une abstention record : à 52,49%, l'abstention se situe à un niveau inédit pour un premier tour des élections législatives. En 2017, l'abstention s'était établie à 51,3%.
  • Après ce premier tour des élections législatives, le second tour, dimanche 19 juin, s'annonce incertain et crucial tant pour Ensemble que pour la Nupes qui tenteront à la fois de mobiliser leur camp et les abstentionnistes du premier tour. 
Image
Première projection en sièges du futur hémicycle (Ipsos-Sopra Steria pour LCP)
Première projection en sièges de la future Assemblée nationale (Ipsos-Sopra Steria pour LCP)

La carte des résultats dans les 577 circonscriptions

flourish

 

Borne demande "une majorité forte et claire"

Alors que la majorité absolue n'est pas acquise pour la coalition présidentielle, Elisabeth Borne a demandé aux électeurs de lui confier "une majorité forte et claire" :

Mélenchon se félicite du score de la Nupes

Porté par les résultats électoraux de la Nupes, Jean-Luc Mélenchon estime que le président de la République sort "battu et défait" de ce premier tour : "J'appelle notre peuple à déferler dimanche prochain." Le leader de La France insoumise en a notamment appelé à "la jeunesse" pour faire la différence dans les urnes dimanche prochain.

 

Le Pen veut une "opposition ferme" à Macron

Pour éviter de rentrer "pendant cinq ans dans un tunnel sans lumière", Marine Le Pen a appelé les Français à voter pour "une opposition ferme mais respectueuse de nos institutions" en envoyant "des dizaines d'élus RN" à l'Assemblée nationale.

 

Quels résultats pour les ministres ?

Quinze ministres du gouvernement Borne sont en lice pour se faire élire au Palais-Bourbon, dont Elisabeth Borne elle-même. Le Première ministre vire en tête du premier tour dans le Calvados avec le soutien de 34,32% des votants, dix points devant sa rivale Noé Gauchard (Nupes). Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a lui aussi toutes les chances d'être élu dans le Nord en ralliant près de 40% des suffrages dans la 10e circonscription. Les ministres de l'Agriculture Marc Fesneaudes Relations avec le Parlement Olivier Véran et de la Santé Brigitte Bourguignon sortent aussi en tête dans le Loir-et-Cher, l'Isère et le Pas-de-Calais, où ils cherchent à être réélus.

Des personnalités de l'Assemblée en voie de réélection

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand (Ensemble) sort en tête dans la 6e circonscription du Finistère, où il est élu depuis 2012. Avec 33,56% des voix, il devance Mélanie Thomin (Nupes) qui réalise 31,16% et dispose de quelques réserves de voix à droite notamment, contrairement à sa rivale. Olivier Becht (Ensemble), qui dirigeait le groupe de centre droit Agir lors de la précédente législature, obtient plus de 40% des voix dans la 5e circonscription du Haut-Rhin, près du double de sa rivale Nadia El Hajjaji (Nupes), qualifiée au second tour.

À gauche, l'ancien candidat communiste à la présidentielle Fabien Roussel (Nupes) prend la tête de l'élection avec 34,13%, deux points devant le RN Guillaume Florquin dans la 20e du Nord et avec des réserves de voix à gauche. Son collègue, André Chassaigne (Nupes), qui préside le groupe des communistes à l'Assemblée nationale, échoue de peu à se faire élire dès le premier tour dans la 5e du Puy-de-Dôme : il rassemble 49,13% des voix, contre 19,06% pour sa concurrente Brigitte Carletto (RN).

Zemmour, Blanquer... les perdants du premier tour

Parmi les personnalités en lice au premier tour, Éric Zemmour a perdu son pari de se faire élire député. Le fondateur de Reconquête n'arrive que troisième dans la 4e circonscription du Var, derrière la sortante Sereine Mauborgne (LaREM) et le représentant du RN Philippe Lottiaux. Son bras droit Guillaume Peltier (ex-LR) est largement battu dans son fief du Loir-et-Cher. Député sortant, il termine seulement cinquième, loin derrière ses concurrents RN et Ensemble, qualifiés au second tour.

Ministre de l'Éducation nationale pendant tout le premier quinquennat d'Emmanuel Macron, Jean-Michel Blanquer finit lui aussi troisième dans le Loiret, sans moyen de se maintenir dans une triangulaire faute de votants suffisants : il obtient 18,89% des suffrages, derrière Thomas Ménagé (RN) à 31,45% et Bruno Nottin (Nupes) à 19,43%.

Figure du groupe Les Républicains, le député sortant Julien Aubert est lui sèchement battu dans son fief de la 5e circonscription du Vaucluse, où il est élu depuis 2012. Il arrive derrière les deux qualifiés RN et Ensemble et aussi derrière la candidate Nupes, troisième. "C'est une très grosse déception compte-tenu de mon investissement et de mon ancrage depuis dix ans, c'est la dure loi de la politique", a réagi le parlementaire défait au micro de LCP