Image
Jean-Noël Barrot à l'Assemblée en 2017

Législative partielle dans les Yvelines : Jean-Noël Barrot réélu, la majorité conserve la circonscription

Actualité
par LCP.fr, le Dimanche 9 octobre 2022 à 22:00, mis à jour le Dimanche 9 octobre 2022 à 23:13

Le ministre délégué en charge de la Transition numérique, Jean-Noël Barrot (MoDem), remporte l'élection législative partielle dans la 2e circonscription des Yvelines, convoquée après la démission de sa suppléante au mois d'août. Au second tour, dimanche 9 octobre, il a obtenu 71,67% des voix face à la candidate de la Nupes, Maïté Carrive-Bedouani (28,33%). 

La deuxième circonscription des Yvelines reste acquise à la majorité. Le ministre délégué en charge de la Transition numérique, Jean-Noël Barrot (MoDem), remporte l'élection législative partielle, convoquée après la démission de sa suppléante au mois d'août. Au second tour, dimanche 9 octobre, il a obtenu 71,67% des voix face à Maïté Carrive-Bedouani (Nupes) qui obtient 28,33%. 

Jean-Noël Barrot étant appelé à rester au gouvernement en tant que ministre délégué à la Transition numérique et aux Télécommunications après cette élection, c'est sa suppléante, Anne Bergantz, élue municipale à Lévis-Saint-Nom, qui siégera à l'Assemblée nationale. 

Déjà opposé à Maïté Carrive-Bedouani lors des élections législatives de juin dernier, Jean-Noël Barrot améliore son score de 7,4 points. A noter, comme c'est traditionnellement le cas pour les législatives partielles, le faible taux de participation qui s'établit à seulement 22,17%, contre 55% lors du second tour en juin. Au premier tour, dimanche 2 octobre, le ministre était arrivé largement en tête (42,29% des suffrages) exprimés, devant la candidate Nupes (18,60%) et le candidat LR Pascal Thévenot (17,80%). 

Cette élection législative partielle a été provoquée par la démission de la suppléante de Jean-Noël Barrot, Anne Grignon, qui l'avait remplacé à l'Assemblée nationale après sa nomination au gouvernement. Celle-ci a démissionné le 12 août, en raison d'un recours contre son élection sur la base du Code électoral qui interdit à un "remplaçant d'un membre d'une assemblée parlementaire" de se présenter comme suppléant d'un député. Or, lors des élections sénatoriales de 2017, Anne Grignon figurait en deuxième position sur la liste de La République en marche REM dans les Yvelines. Cette liste n'ayant remporté qu'un seul siège, elle peut être amenée à devenir sénatrice, par exemple en cas de démission de son colistier. 

Suite à la démission de sa suppléante, Jean-Noël Barrot a décidé de se présenter à nouveau aux suffrages des électeurs pour garder cette circonscription dans le giron du MoDem et de la majorité présidentielle. "Je sollicite à nouveau la confiance des électeurs les 2 et 9 octobre prochains", avait-t-il annoncé début septembre. Elu pour la première fois à l'Assemblée nationale en 2017, Jean-Noël Barrot a été réélu en juin dernier avec 64,27% des voix au second tour, près de six points de mieux que cinq ans plus tôt.

(Avec AFP)