Les dix groupes politiques de l'Assemblée nationale à la loupe

Actualité
par Jason WielsRaphaël Marchal, le Mercredi 29 juin 2022 à 07:42, mis à jour le Mercredi 29 juin 2022 à 09:39

Le nouvel hémicycle compte dix groupes politiques, dont trois s'inscrivent dans la majorité et sept dans l'opposition. Effectifs, chefs de file, déclarations politiques... LCP vous résume l'essentiel à savoir sur les forces en présence.

flourish

Membres de la majorité : 250 députés

Renaissance

  • Effectifs : 172 députés dont 4 apparentés
  • Présidence : Aurore Bergé
  • La déclaration politique en une phrase : "Nous la portions déjà il y a cinq ans : notre volonté toujours de dépasser les clivages politiques pour servir l'intérêt général est toujours intacte. Les crises que nous traversons rendent encore plus nécessaire la poursuite de toutes les transformations que nous avons engagées pour notre pays et tous ses habitants."

Renaissance (ex-La République en marche) est le plus grand groupe de l'hémicycle, mais il témoigne de la perte d'influence du camp présidentiel dans l'hémicycle. En 2017, ceux que l'on appelait encore les marcheurs étaient 314 députés. Le groupe central de la majorité, qui n'est désormais plus que relative, a donc perdu 142 élus en cinq ans.

Démocrate (MoDem et Indépendants)

  • Effectifs : 48 députés
  • Présidence : Jean-Paul Matteï
  • La déclaration politique en une phrase : "La montée des périls exige du peuple français et de ses représentants davantage de lucidité, de solidarité et de ténacité qu'à aucun autre moment de notre histoire. Les parlementaires du groupe prendront toute leur part de cet effort collectif au service de l'intérêt général."

Les troupes de François Bayrou auront réussi le tour de force de se maintenir entre 2017 et aujourd'hui : le MoDem comptait 47 membres il y a cinq ans, un de moins qu'aujourd'hui au sein du groupe Démocrate.

Horizons et apparentés

  • Effectifs : 30 députés dont 2 apparentés
  • Présidence : Laurent Marcangeli
  • La déclaration politique en une phrase : "Nous, députés du groupe Horizons et apparentés, nous engageons au sein de la majorité présidentielle pour soutenir et prolonger l'élan réformateur porté par le Président de la République et les gouvernements successifs depuis 2017. La poursuite de la transformation du pays est pour nous une nécessité absolue pour faire face aux défis qu'il traverse et aux vertiges du monde."

Le parti d'Édouard Philippe fait son entrée pour la première fois au Palais Bourbon. Composé en partie par d'anciens marcheurs, des membres de l'ancien groupe Agir ensemble et des élus locaux de centre-droit, la nouvelle formation a les effectifs pour peser en interne sur la politique de la majorité. 

Membres de l'opposition : 318 députés

Rassemblement national

  • Effectifs : 89 députés dont 1 apparenté
  • Présidence : Marine Le Pen
  • La déclaration politique en une phrase : "Ce groupe (...) suivra deux objectifs durant la mandature : une opposition ferme à la politique annoncée par Emmanuel Macron, politique qui vise à affaiblir la souveraineté de la France, à casser notre modèle social et à continuer une politique migratoire irresponsable et dangereuse. Cette opposition sera également constructive ; grâce aux outils que nos institutions donnent à l'opposition, ce groupe défendra et mettra dans le débat le projet, les mesures et les valeurs défendus lors de l'élection présidentielle par Marine Le Pen."

Pour la deuxième fois après 1986, le Rassemblement national a les moyens de constituer un groupe politique à l'Assemblée nationale. Les troupes de Marine Le Pen constituent le premier groupe d'opposition en termes d'effectifs, avec 14 sièges de plus que La France insoumise.

La France insoumise - Nouvelle Union populaire écologique et sociale

  • Effectifs : 75 députés
  • Présidence : Mathilde Panot
  • La déclaration politique en une phrase : "Nous refusons la politique de maltraitance sociale et d'irresponsabilité écologique, ainsi que toute forme de connivence avec l'extrême-droite que nous combattons résolument et sur tous les fronts. Notre action a lieu dans les institutions mais aussi à l'extérieur, notamment par notre participation et notre soutien aux mouvements sociaux et écologiques."

Après une campagne législative réussie, les insoumis ont réussi à plus que quadrupler leurs effectifs dans l'hémicycle (17 députés en 2017). Avec 75 élus, ils sont toutefois loin d'avoir les moyens d'envoyer Jean-Luc Mélenchon à Matignon, comme le prétendait le leader de La France insoumise. La formation mentionne explicitement son appartenance à la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), aux côtés des trois autres groupes de gauche.

Les Républicains

  • Effectifs : 62 députés dont 3 apparentés
  • Présidence : Olivier Marleix
  • La déclaration politique en une phrase : "Au sein d'une Assemblée nationale sans majorité, legroupe Les Républicains dont les députés ont été élus sur un projet clair et responsable sera un groupe d'opposition animé par le seul souci de défendre les intérêts de la France et des Français. Attaché au respect des institutions de la Ve République, il entend contribuer à un fonctionnement normal, qui supposera que le pouvoir exécutif respecte davantage le pouvoir législatif."

Promis à la quasi-disparition après le score famélique de Valérie Pécresse à l'élection présidentielle, Les Républicains ont réussi à garder une présence relativement importante dans l'hémicycle, même s'ils perdent un bon tiers de leurs députés depuis 2017 et passent ainsi du premier au troisième groupe d'opposition, derrière le RN et LFI.

Socialistes et apparentés (membre de l'intergroupe Nupes)

  • Effectifs : 31 députés dont 4 apparentés
  • Présidence : Boris Vallaud
  • La déclaration politique en une phrase : "Résolument tournés vers les grands défis, sociaux, écologiques, économiques et politiques du XXIe siècle, et conscients des fractures qui traversent notre pays, nous voulons renouveler les idéaux et l'histoire de la gauche qui ont construit la République sociale et laïque, bâti son armature humaniste, son modèle social, l'État de droit, les libertés publiques, la laïcité, l'égalité entre les femmes et les hommes, le progrès écologique."

Les députés socialistes sont autant en 2022 qu'en 2017. Deuxième force de la Nupes derrière La France insoumise, le groupe Socialistes et apparentés reste toutefois l'ombre de lui-même. À la fin du mandat de François Hollande, les élus socialistes étaient dix fois plus nombreux et formaient, à eux seuls, la majorité absolue. Une autre époque.

Écologiste - Nupes

  • Effectifs : 23 députés
  • Présidence : Julien Bayou
  • La déclaration politique en une phrase : "Notre projet veut revenir à l'essentiel en assurant la dignité pour tous et toutes dans le respect de la planète donc sans jamais prendre à la nature plus qu'elle ne peut régénérer. Pour cela il est indispensable de mettre un terme aux maltraitances des politiques libérales. Notre méthode : la radicalité écologique pour un changement social profond, la transition écologique, la protection des personnes discriminées et la revitalisation de notre démocratie."

Les écologistes retrouvent le groupe qu'ils avaient perdu en 2017, lorsqu'ils furent balayés aux élections législatives après la première élection d'Emmanuel Macron à l'Élysée. Membres de la Nupes, leurs élus sont issus de trois partis : Europe Écologie Les Verts, Génération.s et Génération écologie.

Gauche démocrate et républicaine - Nupes

  • Effectifs : 22 députés
  • Présidence : André Chassaigne
  • La déclaration politique en une phrase : "Le programme partagé de gouvernement de la Nouvelle union populaire écologique et sociale a fait de la triple urgence, sociale, environnementale et démocratique, une priorité. C'est dans le respect de nos différences et complémentarités que nous porterons ces orientations et ces engagements sur la mandature."

Passant de 16 à 22 députés, le groupe Gauche démocrate et républicaine garde ses couleurs et s'inscrit comme quatrième force de la Nupes. Il est constitué pour une moitié de députés communistes, dont leur président André Chassaigne, et pour une autre moitié de députés d'Outre-mer.

Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires

  • Effectifs : 16 députés
  • Présidence : Bertrand Pancher
  • La déclaration politique en une phrase : "A l'Assemblée nationale, les députés du groupe Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires font le choix de s'inscrire dans une opposition républicaine, libre, indépendante et responsable."

Groupe technique mêlant élus indépendants, libéraux, UDI et autonomistes corses, Libertés, Indépendants, Outre-Mer et Territoires (LIOT) pourra bénéficier des moyens associés à la consitution d'un groupe : niche parlementaire pour ses propositions de loi, temps de parole, commission d'enquête, moyens financiers et humains supplémentaires.

9 députés non-inscrits

On dénombre neuf députés sans appartenance à un groupe politique, dont Emmanuelle Ménard, autrefois proche du Rassemblement national, et six députés de centre-gauche tel David Habib, qui ont pris leurs distances avec le PS car en désaccord avec la ligne défendue par la Nupes. Ces députés auront des moyens d'action beaucoup plus limités que leurs collègues pour agir, même s'ils pourront déposer des amendements et des textes de loi.