Yves Thréard reçoit Jacques Julliard, historien et éditorialiste. Dans cet entretien, Jacques Julliard décrit sa vision de la France, « perçue comme un pays de gauche » : « c'est le pays de la Révolution française pour le monde entier ».
Et pourtant, « la France pense plutôt à droite aujourd'hui » constate-t-il. « C'est quelque chose de récent » dont « la gauche est responsable » pour avoir « suivi ses intellectuels et non pas ses électeurs » sur des « questions discriminantes », la sécurité et l'immigration entre autres.
Ainsi, le clivage gauche-droite « s'atténue » selon l'historien, expliquant que « la distinction n'est plus exclusivement politique », mais qu' « elle est aussi culturelle ».
Interrogé sur la devise de notre République, Jacques Julliard observe que les Français revendiquent de plus en plus la Liberté, mais déplore le choix qui est fait de « privilégier la liberté individuelle » au détriment des libertés publiques : « aujourd'hui, certains désignent par liberté, ce qu'on peut appeler individualisme ». Il ajoute que « l'Égalité ne doit pas empêcher l'excellence », évoquant « l'affaiblissement de notre système scolaire ».
Enfin, lui qui se définit comme un « socialiste religieux », regrette que la valeur « Fraternité » est celle « qu'on ait su le moins pratiquer » alors que c'était « l'idée nouvelle de la citoyenneté » à la Révolution.

Oubliez les plateaux de télévision placés sous le feu des projecteurs, oubliez les éclats de voix des débats et la frénésie de l'actualité ; place à une rencontre singulière avec une personnalité du monde politique, des arts, des médias ou de la société civile.