Éric Coquerel prend la tête de la commission des finances

Actualité
par Jason WielsElsa Mondin-Gava, le Jeudi 30 juin 2022 à 12:11, mis à jour le Jeudi 30 juin 2022 à 15:24

Le député La France insoumise a été élu président de la commission des finances au troisième tour d'un scrutin à suspense. Jean-René Cazeneuve (Renaissance) obtient le poste, tout aussi stratégique, de rapporteur général du budget.

C'est une victoire pour la gauche dans la bataille entre les groupes d'opposition pour occuper les fonctions-clés de l'Assemblée nationale. Éric Coquerel, 63 ans, s'est imposé jeudi au troisième tour de scrutin à la tête de la convoitée présidence de la commission des finances, un poste dévolu à l'opposition. Le député LFI a recueilli 21 voix, contre 11 pour Jean-Philippe Tanguy (RN) et 8 pour Véronique Louwagie (LR). Charles de Courson (LIOT), présent lors des deux premiers tours, a retiré sa candidature avant le troisième tour, où la majorité relative des voix suffit pour être élu.

Comme annoncé par la Première ministre Elisabeth Borne, les élus de Renaissance, du MoDem et d'Horizons n'ont pas pris part au vote, laissant les oppositions se départager le poste. Avec 41 votants, dont 20 membres de la Nupes, Éric Coquerel avait mathématiquement toutes les chances de l'emporter... sauf si un front LR-RN-LIOT se liguait contre lui. Un scénario qui n'a pas eu lieu, même si le suspense a été entretenu par plusieurs suspensions de séance avant le troisième tour, deux à la demande du Rassemblement national et une à la demande des élus Les Républicains.

Candidat du RN, premier groupe d'opposition avec 89 députés dont 11 à la commission des Finances, Jean-Philippe Tanguy a regretté que le poste ne revienne pas à sa famille politique. Selon lui, les groupes de la Nupes n'ont pas respecté "l'esprit du règlement" en présentant un candidat commun pour les quatre groupes de gauche (LFI, Écologiste, Socialistes et GDR) :

 

"L'élection a respecté les formes démocratiques"

Déjà commissaire aux finances sous la précédente législature, Éric Coquerel s'empare d'un poste important au sein du Palais-Bourbon, après la déception la veille de la Nupes qui n'a pas réussi à faire élire l'un des siens à la questure de l'Assemblée, où siègent deux élus Renaissance et un élu Les Républicains. "Je suis satisfait, car cette élection a respecté les formes démocratiques et que la majorité n'a pas pris part au vote : c'est un mieux par rapport à hier", a déclaré le député de Seine-Saint-Denis, en référence à l'élection de deux vice-présidents RN la veille. 

Accusé par son prédécesseur Éric Woerth (Renaissance, ex-LR) de vouloir "faire du contrôle fiscal", Éric Coquerel s'est défendu de toute instrumentalisation de sa nouvelle fonction : "Je compte faire en sorte que cette commission soit un lieu où l'on débatte plus du fond que du buzz. Cette commission participe à l'élaboration de la loi de finances mais aussi au contrôle de l'exécution du budget", a-t-il fait valoir.

Un poste stratégique

Le président de la commission des finances peut consulter les dossiers fiscaux des particuliers et des entreprises grâce à son pouvoir de contrôle sur pièces et sur place au ministère des Finances, mais le secret fiscal reste de mise. Il a aussi le pouvoir de filtrer les amendements déposé sur les lois de finances, peut exiger l'audition des ministres et commander des rapports à la Cour des comptes.

La présidence d'Éric Coquerel à la commission des finances est prévue pour une durée d'un an avec possibilité de reconduction, comme toutes les fonctions-clés de l'institution, à l'exception de la présidence de l'Assemblée nationale qui est acquise pour toute la législature. Dans les prochaines semaines, la commission des finances va plancher sur le projet de loi relatif "aux mesures d'urgence pour la protection du pouvoir d'achat" et sur le projet de loi de finances rectificative pour 2022. Les débats s'annoncent d'ores et déjà intenses, notamment sur la revalorisation des retraites et sur celle du point d'indice des fonctionnaires, ainsi que sur le bouclier tarifaire destiné à protéger les ménages contre la hausse des prix de l'énergie. 

Dans le cadre de la commission des finances, Éric Coquerel devra travailler avec le rapporteur général du budget, Jean-René Cazeneuve. Le député Renaissance a été désigné à cet autre poste-clé, où il gérera en lien avec le gouvernement tous les textes budgétaires.