Émission spéciale - Sommets : dans les secrets des négociations européennes - 2nde partie

DÉBAT
duration
1 heure 29 minutes
Lorsque le virus frappe l'Europe en mars 2020, on assiste à des confiscations de masques sur le tarmac des aéroports, à des fermetures de frontières sans concertation, et à un manque d'entraide tel que l'Italie doit s'en remettre à l'aide chinoise. A l'image de ce chaos sanitaire, la négociation d'un fonds de relance européen pour faire face aux conséquences économiques du virus va être terrible. D'un côté, les pays du Sud frappés de plein fouet par le virus et à l'agonie, et de l'autre, les pays "frugaux" du Nord arcboutés sur leurs principes budgétaires. Provocations, insultes, alliances : tous les moyens sont bons. Coup de théâtre lorsqu'Angela Merkel opère un virage à 180 degrés pour sauver l'Europe et accepte le principe de la mutualisation des dettes. C'est alors le néerlandais Mark Rutte qui devient va le "Monsieur Non" de l'Europe. Après 3 mois de discussions en vidéoconférence, les Vingt-Sept vont se retrouver à Bruxelles pour entamer un bras de fer de 92 heures sur le montant du plan de relance qui va finalement mener à un accord historique qualifié de "moment hamiltonien".