Yves Thréard reçoit Michel Winock, historien. Dans cet entretien, Michel Winock livre sa vision de la France. Selon lui, c'est d'abord un État avec une administration, qui « s'est construit progressivement, qui a réussi à s'imposer sur un ensemble de peuplades hétéroclites ». De cette manière, « l'État préexiste à la nation ».
Michel Winock raconte avoir noté à plusieurs reprises, cette particularité de notre pays : « la division extrême des Français », qu'elle soit « sociale, économique, religieuse, idéologique, régionale... ». Il observe que c'est une mentalité qui se perpétue.
L'historien explique aussi que les Français sont d'abord des « frondeurs, beaucoup plus que des citoyens », qu'ils sont plus « doués » lorsqu'il s'agit de leurs droits que dans l'exercice de leurs devoirs : « manifester, protester », ça ils savent faire, non sans sourire.
Enfin, Michel Winock se décrit comme un « contemporain, qui vit avec son époque ». Il n'est en aucun cas, un partisan du « c'était mieux avant », s'appuyant ne serait-ce que sur les progrès de la médecine et de la chirurgie, ainsi que sur la généralisation de l'alphabétisation.

Oubliez les plateaux de télévision placés sous le feu des projecteurs, oubliez les éclats de voix des débats et la frénésie de l'actualité ; place à une rencontre singulière avec une personnalité du monde politique, des arts, des médias ou de la société civile.