Image
ROURES

Affaire Mediapro : sur la défensive, Jaume Roures rejette la responsabilité sur la LFP

Actualité
par Ariel Guez, le Jeudi 16 septembre 2021 à 10:52, mis à jour le Jeudi 16 septembre 2021 à 14:12

Auditionné par la mission d'information sur les droits de diffusion audiovisuelle des manifestations sportives, Jaume Roures, le président de Mediapro, est revenu sur l'échec du groupe espagnol en France. Selon lui, le refus de la Ligue de football professionnel de renégocier les contrats signés avant la crise sanitaire et l'absence d'accord avec Canal + sont les principales raisons de cet échec. 

À qui la faute ? Comment expliquer qu'un groupe audiovisuel ayant promis près d'un milliard d'euros par an sur quatre ans pour les principaux droits de diffusion du football français se retire au bout... de quelques mois ? C'est le résumé de "l'affaire Mediapro", qui a ces derniers mois bouleversé le football français. En 2018, la LFP a vendu au groupe espagnol pour 795 millions d’euros par an une bonne partie des droits de la Ligue 1 portant sur la période 2020-2024. Une somme importante, mais qui n'a pas été versée. Après plusieurs retards de paiement, le patron du groupe, Jaume Roures, a expliqué qu'il souhaitait, en raison de la crise sanitaire, renégocier le contrat signé deux ans plus tôt. Chose qui n'a finalement jamais été faite : Mediapro s'est retiré fin 2020, Canal+ a récupéré à prix cassé les droits TV laissés vacants, avant que la LFP ne choisisse Amazon à l'issue d'un appel d'offres en juin dernier. La société américaine est parvenue à récupérer 80% des droits TV de la L1 pour 250 millions d'euros, alors que Canal+ doit verser 332 millions d'euros pour les 20% restants. 

Pour la première fois depuis son départ, le groupe audiovisuel espagnol a été sommé de s'expliquer publiquement. Auditionné par les députés de la mission d'information sur les droits TV, Jaume Roures, le président de Mediapro, a répondu, dans une ambiance parfois tendue, aux questions de Cédric Roussel (La République en Marche) et Régis Juanico (Socialistes et apparentés), jeudi 16 septembre. 

"Nous voulions rester, c'est la LFP qui n'a pas voulu renégocier"

À comprendre le président de Mediapro, la principale raison de l'échec du groupe espagnol est le refus par la Ligue de football professionnel - qui organise le championnat de France - de renégocier les droits télévisuels.. "On n'a pas pu négocier, c'est ça que vous ne voulez pas comprendre. On n'a pas dit 'on part.' On a dit qu'avec la crise économique, il fallait discuter des prix", affirme Jaume Roures, qui souligne que dans les principaux championnats européens, les contrats de droits TV ont parfois été revus à la baisse. "Tout le monde a trouvé des accords, sauf la Ligue française avec nous !" déplore-t-il. Pour justifier une revue à la baisse des contrats faramineux, le président de Mediapro cite notamment une consultation de L'Equipe à propos de l'impact de la crise sanitaire sur la consommation du football. Moins de public dans les stades, moins d'envie de regarder les matchs : pour Jaume Roures, il était logique de renégocier des contrats signés en 2018. 

Surtout que selon lui, baisser les contrats de 200 millions d'euros n'était pas un effort si important pour la LFP. "Ca équivaut à sept millions d'euros pour chaque club de Ligue 1 et trois millions d'euros pour un club de Ligue 2. Personne ne peut me dire que c'est impossible dans une situation de Covid qu'un club coupe à ce niveau dans son budget", assure-t-il, avant d'ironiser : "Ça veut dire qu'il y aura des joueurs qui auront une Maseratti plutôt qu'une Ferrari. On discute de ça, de rien de plus. Le reste, c'est du bruit !

Aujourd'hui, Jaume Roures se montre amer. "On a demandé un rabais de 200 millions d'euros sur la valeur totale de notre contrat sur le seul temps du Covid (...) et après ils signent 259 millions avec Amazon !" déplore-t-il. "Je ne vais pas dire de mots en français que je ne contrôle pas (Jaume Roures est catalan et s'exprime avec un accent, ndlr), mais c'est incroyable !"

"Notre objectif n'était pas de piquer les abonnés de Canal +"

Outre la LFP, le président du groupe audiovisuel espagnol a aussi directement visé Canal+, dont il a critiqué l'attitude. Car le diffuseur historique du football français était ancré dans la stratégie de Mediapro : "Notre objectif était que notre chaîne (Téléfoot, ndlr) soit hébergée par Canal+, pas de lui piquer des abonnés." Mais les relations entre les deux géants n'étaient pas au beau fixe et aucun accord n'a finalement été trouvé. "Est-ce une erreur d'appréciation que de penser que vous pouviez trouver un accord avec un concurrent direct ?" demande logiquement Cédric Roussel "On savait qu'un accord était possible", assure Jaume Roures, qualifiant Maxime Saada, le président du directoire du groupe français, "d'ami." "On n'est pas des ennemis, on est des producteurs de télévision."

Canal+ a cependant été attaqué par Mediapro pour abus de position dominante. Le groupe audiovisuel espagnol reprochait à la chaîne cryptée de refuser de signer un accord de distribution de sa chaîne Téléfoot pour "tenter de l'évincer du marché des droits TV du foot français." Une position illustrée par l'attitude de Canal après l'affaire Mediapro, plaide Jaume Roures. "Canal a réalisé des pressions insupportables sur la Ligue, avec des offres fantômes. (...) Et le jour où Amazon a remporté l'appel d'offres, Canal s'est comporté comme un enfant mal éduqué."

Enfin, Jaume Roures évoque comme autres raisons expliquant l'échec de son groupe en France l'absence d'une grande loi anti-piratage. Mais aussi un traitement médiatique défavorable : "Nous avons subi une pression médiatique parce que nous sommes des étrangers. Il y a des tribunes dans lesquelles on pouvait lire que si on nous laissait travailler, on finirait par assurer la réalisation du Tour de France et de la cérémonie du 14 juillet", dénonce le patron de Mediapro. 

Une ambiance parfois tendue

Reste que, en partant fin 2020, Mediapro n'a pas tenu ses engagements. Les conséquences ont été nombreuses et rappelées par Cédric Roussel. "Plusieurs dizaines de salariés de Téléfoot licenciés, PSE non financé par le groupe, mise en liquidation de vos sociétés en France, un manque à gagner pour le sport amateur... Je comprends que ce soit difficile (...) mais êtes-vous d'accord pour dire que ce n'est pas au contribuable de payer la note de cet échec commercial ?" a-t-il demandé.. Réponse de Jaume Roures : "La moitié de ce que vous avez dit, ce n'est pas vrai. Je ne suis pas là pour être interpellé de cette façon, mais pour donner mes explications. (...) Le concept de la démocratie, c'est de laisser les gens s'exprimer et ensuite on répond. En Espagne on fait comme ça."

Bis repetita en fin d'audition : Cédric Roussel revient sur ce moment de tension, et explique en conclusion que dans l'Hexagone, "la démocratie, c'est un peu comme le rugby. C'est parfois viril mais toujours correct." Jaume Roures répond : "Ça veut dire que vous considérez maintenant que je ne suis pas un voyou, comme vous l'avez pourtant dit une ou deux fois." "La langue française est pleine de subtilités, tempère le député des Alpes-Maritimes, j'avais parlé de méthode de voyous." "Je n'en n'ai pas non plus", réplique alors Jaume Roures. 

Voyou ou pas, le "gendarme du football français", Jean-Marc Mickeler, s'est déjà saisi de l'affaire. Le patron de la DNCG a estimé devant les députés début juin que personne ne pouvait dire avec certitude si "Mediapro a quitté le navire parce que vraiment, ils n'avaient pas les moyens d'honorer leurs échéances ou si Mediapro a quitté le navire parce qu'ils se sont rendu compte qu'ils avaient surpayé le produit, et que du fait du Covid-19, c'était inabsorbable."


Revivez l'audition de Jaume Roures, diffusée en exclusivité sur nos réseaux sociaux :