Image
Yael Braun Pivet

Retraites : Yaël Braun-Pivet pas favorable à une réforme par amendement

Actualité
par Soizic BONVARLET, le Jeudi 22 septembre 2022 à 10:34, mis à jour le Jeudi 22 septembre 2022 à 13:42

La présidente de l'Assemblée nationale a répondu ce jeudi 22 septembre aux questions de FranceInfo, concernant notamment la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron. Alors que l'hypothèse d'une réforme par voie d'amendement dans le budget de la Sécurité sociale cet automne est envisagée par l'exécutif, Yaël Braun-Pivet a estimé qu'il fallait "prendre le temps de la concertation".  

Conformément à l'engagement pris pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron veut réformer les retraites. Et le Président souhaite que cette réforme entre en vigueur à l'été prochain. Pour ce faire, l'hypothèse d'une réforme par voie d'amendement gouvernemental dans le projet de financement de la Sécurité sociale est envisagée par l'exécutif. Résultat : une levée de boucliers de la part des oppositions, et des remous au sein de la majorité. 

Jeudi 22 septembre, sur FranceInfo, c'est la présidente de l'Assemblée nationale, qui a déclaré être défavorable à l'utilisation éventuelle de cette méthode. "Il faut la faire", a d'abord affirmé Yaël Braun-Pivet à propos de la réforme des retraites. Mais il faut "prendre le temps de la concertation avec les groupes politiques et avec les partenaires sociaux, et il faut prendre le temps du travail approfondi pour une réforme globale", a-t-elle estimé. 

Je n’ai jamais été favorable, et c'est une constante chez moi, aux amendements qui portent en eux-mêmes une réforme d’importance.

Sur le fond, la présidente de l'Assemblée nationale affirme qu'il "faut à la fois reculer l'âge de la retraite ou augmenter le nombre de trimestres et travailler sur les carrières longues, la pénibilité, donc il faut faire une réforme globale". 

Sur la méthode, parmi les inconvénients d'une réforme par amendement, la présidente de l'Assemblée nationale souligne que : "[ces amendements] n'ont pas été expertisés par le Conseil d’État, n'ont pas fait l'objet d'une étude d'impact, n'ont pas été travaillés par les parlementaires en amont au sein de leurs commissions, et donc je trouve que les amendements du gouvernement ne doivent pas porter en eux-mêmes une réforme substantielle".

"Le président de la République et la Première ministre sont en réflexion, ils consultent, et c'est dans ce cadre-là que j'ai indiqué quelle était mon opinion", a par ailleurs précisé Yaël Braun-Pivet. "À l'issue de cette réflexion, ils prendront leur décision. Ils ont dans leurs prérogatives la possibilité de déposer cet amendement. Moi j'attire vraiment l'attention de tous sur le fait que cette réforme doit être une réforme globale, elle doit paraître équitable à nos concitoyens, donc ne doit pas comporter qu'une mesure d'âge, il faut qu'elle comporte les aspects pénibilité, carrières longues", a poursuivi la présidente de l'Assemblée nationale. 

Déterminé à mener cette réforme qu'il juge nécessaire, Emmanuel Macron indique, dans un entretien diffusé jeudi matin par BFMTV, que c'est au gouvernement de "trouver la bonne manoeuvre" avec le Parlement, souhaitant que cette réforme se fasse "de la manière la plus apaisée possible". "Le gouvernement doit lancer une discussion avec les forces sociales, syndicales et patronales, avec les forces politiques, et trouver, c'est son travail, avec le Parlement la bonne manoeuvre", explique le Président dans cet entretien enregistré.