Loi Travail : "On a redonné du pouvoir à la branche", se félicite Jean-Claude Mailly (FO)

Actualité
le Vendredi 28 février 2020 à 10:23

Le secrétaire général de Force ouvrière, invité lundi dans Politique matin, s'est montré satisfait de la phase de concertation du gouvernement, contrairement à ce qui avait été fait lors de la loi El Khomri. "L'année dernière, on n'avait pas de concertation, sur la méthode, ça a changé." Jean-Claude Mailly attend désormais le contenu des ordonnances avant de se prononcer sur le fond du texte.

"On a découvert le projet dans la presse, là sur la méthode cela a changé. Moi j'en prends acte, je suis pragmatique, je ne suis pas un idéologue, explique le secrétaire général de FO. Jean-Claude Mailly confirme ne pas avoir bougé sur ses "lignes rouges" tout en relevant des modifications du gouvernement qui vont dans le bon sens, notamment sur la branche et l'inversion de la hiérarchie des normes qui n'est pas envisagée par l'exécutif. "On a démarré (la négociation) avec tout à l'entreprise, on n'en est plus là aujourd'hui, assure le leader de Force ouvrière. Je pense qu'on a déjà réussi à conserver la branche et à restaurer la branche. C'est une vraie concertation."

Mailly veut le contenu des ordonnances au mois d'août

Jean-Claude Mailly ne se positionne pas en opposition frontale au gouvernement, il espère faire bouger le contenu des ordonnances grâce à la concertation et aux rencontres avec l'exécutif. "Le président de la République a annoncé des têtes de chapitres pendant sa campagne, là ils sont en train de remplir les têtes de chapitres. Mais il y a différentes manières d'écrire..."

Le leader de FO prévient : "On n'a pas changé de position, on a toujours les mêmes lignes rouges et on verra quand on aura le texte des ordonnances. Et ça ne peut pas être à la fin ! Il faut que courant août on ait le texte des ordonnances."

"Il faut qu'on puisse encore faire bouger les choses"Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO

Invité à réagir sur l'absences d'amendements adoptés en commission des Affaires sociales, la semaine dernière, Jean-Claude Mailly ne se montre pas choqué par la méthode. "C'est un projet de loi d'habilitation, c'est le choix du gouvernement de pratiquer par ordonnances."

Pour aller plus loin :