Image
tableau pouvoir d'achat

Inflation : 96% des Français impactés, la cote de l'exécutif à la baisse

Actualité
par Ludovic FAU, le Dimanche 23 octobre 2022 à 13:54, mis à jour le Mardi 25 octobre 2022 à 10:31

Les Français sont 96% à ressentir les effets de l'inflation sur leur pouvoir d'achat, selon le baromètre politique Odoxa-Mascaret pour LCP-AN, Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Face à cette situation, 63% des personnes interrogées estiment que le gouvernement agit, mais 73% sont ne sont pas satisfaites de l'action menée. Dans ce contexte, Emmanuel Macron perd 3 points de bonnes opinions (38%) et Elisabeth Borne en perd 6 (35%). 

L'inflation et son impact sur le pouvoir d'achat pèsent sur la cote de popularité d'Emmanuel Macron et d'Elisabeth Borne, c'est le principal enseignement du baromètre politique Odoxa-Mascaret pour LCP-AN, Public Sénat et la presse quotidienne régionale. 

Le constat est sans appel : 96% des Français disent ressentir les effets de la hausse des prix sur leur pouvoir d'achat. Ils sont même 56% à indiquer que leur pouvoir d'achat est "beaucoup" impacté par l'inflation (c'est 11 points de plus que lors d'une précédente enquête réalisée en juin dernier). Un constat sans appel, mais avec des nuances selon la catégorie socioprofessionnelle et l'âge. Ainsi, les foyers les plus modestes (revenus inférieurs à 1500 euros) sont 69% à dire "beaucoup" ressentir les effets de la situation, contre 43% des foyers les plus aisés (revenus supérieurs à 3499 euros). Par tranches d'âge, les 18-24 ans et les 65 ans et plus sont 47% à considérer que leur pouvoir d'achat est" beaucoup" affecté, tandis que les tranches d'âges comprises entre 25 et 64 ans sont entre 61% et 62% à ressentir la même chose.

 

Image
Tableau 1

 

Compte tenu de cette situation, 83% des Français ont déjà modifié leur comportement de consommation ou s'apprêtent à le faire. Premier poste touché : l'énergie (87%). En la matière, 67% des personnes interrogées disent déjà avoir modifié leur comportement et 20% disent s'apprêter à le faire. Dans l'ordre, les autres postes  de dépenses sur lesquels les Français ont modifié leur comportement ou vont le faire sont : les vêtements (83%), la consommation quotidienne (83%), les vacances et les loisirs (78%), les produits alimentaires (75%).

 

Image
Tableau 2

 

Dans ce contexte, les Français portent un jugement ambivalent sur l'action du gouvernement face à l'inflation en général et la hausse des prix de l'énergie en particulier : 26% estiment que celui-ci "agit déjà beaucoup, les Français étant bien plus protégés que ne le sont leurs voisins européens", 37% estiment que le gouvernement "agit mais pourrait encore faire bien plus" et 36% estiment qu'il "n'agit pas vraiment ou insuffisamment. Autrement dit, 63% des personnes interrogées font crédit au gouvernement d'agir, mais 73% considèrent que cette action n'est pas satisfaisante. 

 

Image
Tableau 3

 

Conséquence logique de la situation économique et du jugement des Français, alors que la période a aussi été marquée par des mouvements sociaux et des difficultés à s'approvisionner en carburants, le baromètre politique Odoxa-Mascaret pour LCP-AN, Public Sénat et la presse quotidienne régionale. enregistre une baisse de la cote de l'exécutif. En octobre, 38% (-3 points) des Français (contre 62%) estiment qu'Emmanuel Macron est un "bon président de la République". Et En octobre, 35% (-6 points) des Français (contre 63%) estiment qu'Elisabeth Borne est une "bonne Première ministre". 

Image
Graphique PR

Dans le même temps, les podiums des palmarès de l'adhésion et du rejet restent inchangés. Dans le palmarès de l'adhésion, Edouard Philippe reste en tête et stable à 42%, suivi de Marine Le Pen (+2 points à 34%) et Bruno Le Maire (28%). En matière de rejet, Eric Zemmour reste largement en tête avec 63% (-2 points), devant Jean-Luc Mélenchon (+1 point à 54%) et Marine Le Pen (-2 points à 45%). 

Enfin, dans le palmarès de l'adhésion selon la proximité partisane, les sympathisants de droite et d'extrême droite placent Marine Le Pen en première position avec 77%, devant Jordan Bardella (50%) et Eric Zemmour (40%). Puis viennent Edouard Philippe (39%) et Eric Ciotti (33%). De leur côté, les sympathisants de gauche et d'extrême gauche placent Jean-Luc Mélenchon en tête avec 57%, devant Yannick Jadot (40%) et François Ruffin (38%). Suivent Edouard Philippe (29%) et Olivier Faure (28%).