Image
Hémicycle

Législatives 2022 : Ensemble loin de la majorité absolue, le RN crée la surprise, la Nupes fait une percée

Actualité
par Jason WielsSoizic BONVARLET, Aurelien Meslet, Raphaël Marchal, Juliette Lacroix, le Dimanche 19 juin 2022 à 17:49, mis à jour le Lundi 20 juin 2022 à 17:07

À l'issue des élections législatives, la coalition présidentielle n'obtient pas la majorité absolue. La gauche triple presque son nombre de députés, tandis le Rassemblement national fait plus que multiplier par dix sa représentation à l'Assemblée nationale. 

La carte des résultats

flourish

Le nouvel hémicycle par bloc politique

flourish

Ensemble en tête... mais sans majorité absolue 

Avec 246 députés à l'Assemblée nationale, Ensemble rate la majorité absolue des sièges fixée à 289. En 2017, La République en marche et ses alliés avaient fait élire 361 députés.

Des figures historiques du camp présidentiel sont défaits dans les urnes : le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand (Finistère) et le président des députés LaREM Christophe Castaner (Alpes-de-Haute-Provence) ont été battus par l'union des gauches dans leurs fiefs respectifs. La nouvelle ministre des Outre-mer Justine Bénin a elle aussi été battue par un candidat Nupes, tout comme Amélie de Montchalin dans l'Essonne. Elle devra donc quitter le ministère de la Transition écologique qu'elle occupait depuis mai.

Du côté du gouvernement, Elisabeth Borne dans le Calvados, Gérald Darmanin dans le Nord et Olivier Véran dans l'Isère ont notamment été élus face à leurs adversaires.

La gauche reprend des couleurs grâce à la Nupes

L'union des gauches a fait élire 142 députés, le plus grand nombre de députés au sein de la Nouvelle union populaire écologique et sociale revenant à La France insoumise, suivie du Parti socialiste, d'Europe Ecologie - Les Verts et du Parti communiste.   

Jean-Luc Mélenchon ne réussit pas son pari de d'incarner la première force politique du pays, mais LFI parvient à quintupler son nombre de ses députés par rapport à 2017. Les écologistes devraient retrouver un groupe politique à l'Assemblée. Les socialistes conservent presque le même nombre de sièges. Les communistes pourraient maintenir un groupe à condition de trouver un peu de renfort pour franchir la barre des 15 élus.

Jean-Luc Mélenchon, qui ne s'est pas représenté pour un deuxième mandat de député, a commenté les résultats en parlant de "déroute totale" du camp présidentiel :

Le RN à un niveau historique

En remportant environ 89 sièges, le Rassemblement national battrait son record de 1986 (35 sièges à la proportionnelle). Il deviendrait un des premiers groupes d’opposition avec la France insoumise et Les Républicains. En 2017, seuls 8 députés soutiens de Marine Le Pen avaient été élus.

Elle-même élue dans le Pas-de-Calais, l'ancienne candidate à l'élection présidentielle s'est félicitée de ces bons résultats :

 

Les Républicains et leurs alliés résistent

L'union de la droite et du centre, qui regroupe Les Républicains (LR) et l'Union des démocrates et indépendants (UDI), obtient 64 sièges. Une performance au regard du score de leur candidate à l'élection présidentielle. LR occupait une centaine de sièges en 2017 et pourrait, avec moins d'élus, devenir un des groupes pivots pour négocier et, le cas échéant, voter les projets de loi proposés par l'exécutif.

"Un tremblement de terre" selon l'historien Jean Garrigues

 

La participation en berne

L'abstention s’élève à 53,77% au second tour des élections législatives. Elle était de 52,49% au premier tour. En 2017, 57,36% des électeurs s'étaient abstenus au second tour des élections législatives.