Présidentielle : 48,7 millions d'électeurs inscrits, combien de votants ?

Actualité
par Soizic BONVARLET, le Lundi 28 mars 2022 à 09:39, mis à jour le Mardi 29 mars 2022 à 10:38

À moins de deux semaines du 1er tour, et alors que la campagne officielle a débuté lundi 28 mars, plusieurs sondages font craindre que l'abstention puisse être le premier parti de France au soir du scrutin, avec un possible record de l'ordre de 30%. Après l'abstention inédite enregistrée lors des dernières élections départementales et régionales, il s'agirait d'un record pour le 1er tour d'une élection présidentielle. 

Jamais autant d'électeurs n'ont été inscrits sur les listes électorales. 48,7 millions, dont 4 millions ont fait la démarche de leur propre initiative notamment à la suite d'un déménagement, pour pouvoir se rendre aux urnes lors de l'élection présidentielle. Un nombre d'inscrits qui ne s'explique donc pas seulement par les inscriptions automatiques à l'âge de 18 ans ou par la démographie, mais qui contraste avec le niveau potentiellement élevé de l'abstention mesuré autour des 30%. 

Si l'abstention se situait effectivement à un tel niveau, il s'agirait d'un record pour une élections présidentielle dans l'histoire récente. En la matière, hormis un pic à 31,1% lors du 2nd tour en 1969, le record actuel date du 21 avril 2002, qui avait abouti au duel entre Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen, avec 28,4%. 

Une abstention galopante, qui n'épargnerait plus la présidentielle

Lors de la dernière élection présidentielle, en 2017, l'abstention avait atteint 22,2% au 1er tour. Une tendance à la hausse qui se confirme au fil du temps et qui pourrait se voir encore renforcée à l'issue de la campagne actuelle, notamment en raison de la guerre déclenchée par la Russie en Ukraine. 

Le directeur général délégué d’Ipsos, Brice Teinturier, évoque également sur FranceInfo, "le sentiment que les jeux sont faits". Le désintérêt des Français serait ainsi nourri par la certitude de la réélection d'Emmanuel Macron, impression particulièrement ancrée parmi les jeunes, chez qui le niveau potentiel de l'abstention atteint aujourd'hui 45% (contre 20% pour les plus âgés).

Des candidats sur le pied de guerre pour mobiliser les électeurs

Comme les équipes de campagne, Brice Teinturier estime donc que les prochains jours vont être "décisifs" pour mobiliser les électeurs. Les abstentionnistes d'aujourd'hui pourraient en effet faire la différence, notamment pour l'accès au 2nd tour. 

Lors de son meeting à Marseille, dimanche 27 mars, Jean-Luc Mélenchon, qui avait déjà qualifié l’abstention de "piège à cons", a exhorté au "rassemblement des braves gens de toutes opinions", "par le bulletin de vote". Marine Le Pen s'adresse également régulièrement aux électeurs tentés par l'abstention, elle qui, le 14 mars dernier, avait notamment incité ses sympathisants à ne pas écouter "la petite musique qui vous dit que cette élection est déjà faite […] Chacune de vos voix pèse autant que celle du président de la République". Prétendants au 2nd tour, la candidate du Rassemblement national et le candidat de La France insoumise pensent tous deux disposer d'une réserve de voix importante dans les milieux populaires, au sein desquels le niveau présumé de l'abstention est le plus élevé.

Le vote par procuration facilité depuis le 1er janvier

Si le vote par correspondance n'a pas été retenu pour cette élection, au grand dam de certaines voix au sein même de la majorité, le vote par procuration a été facilité. Depuis le 1er janvier 2022, un électeur peut donner procuration à la personne de son choix même si elle n'est pas inscrite dans la même commune. Il est, par ailleurs, possible de donner procuration à tout moment, jusqu'à la date du 1er tour, même s'il est conseillé d'effectuer la démarche plus en amont en raison des délais de traitement. La personne désignée devra toujours voter dans le bureau de vote où celle qui a donné sa procuration est inscrite.

Même s'il reste indispensable de se déplacer physiquement dans un commissariat de police pour la faire valider, il est désormais possible de faire sa demande de procuration en ligne. Des évolutions qui avaient été pensées pour favoriser la participation électorale. En 2017, le recours au vote par procuration avait concerné près de 7% des voix exprimées.